Est-ce que Ubisoft signe, avec From Dust, le grand retour du genre « God Game » sur nos plateformes favorites?  Oui et non, car contrairement à un « Black&white », From Dust montre très vite ses limites en terme de gameplay.  Ici, le concept nous propose surtout de modeler le paysage et ainsi permettre a nos lemmings tribus de construire leurs villages et ainsi étendre leur colonisation des différentes îles proposées.

Dans notre périple, il n’y aura pas de créatures néfastes sur notre chemin mais nous aurons fort à faire avec la nature imprévisible qui se déchaine contre nous avec une force dévastatrice, à croire qu’elle ne veut qu’une chose : la mort de notre tribu.  Nous pourrons utiliser ces éléments en notre faveur.  Ainsi lorsque l’on prendra de la lave, celle-ci nous permettra d’ériger un mur afin de bloquer un Tsunami qui arrive droit sur nous, ceci n’étant qu’un exemple parmi tant d’autres.  A coté de ça, on débloque au fil de l’histoire quelques pouvoirs : figer l’eau, créer un espèce de trou noir pour absorber une grosse quantité d’eau, certains pouvoirs agissent également sur le petit village et lui confère une protection.  Tout cela nous permettra d’avancer plus facilement et ainsi se sortir de certains casse-tête qui je l’avoue sont parfois assez hard!  Au milieu de tous ces éléments déchaînés, on se sent petit et on prend conscience que l’homme n’est rien et est très fragile face à cette nature que l’on ne respecte pas assez.

Avec ses graphismes assez simplistes, From Dust est doté d’une palette artistique bien à lui.  On accroche de suite à cet univers très poétique où les couleurs sont bien choisies et les environnements plutôt convaincants.  Le moteur physique permet quant à lui de faire pas mal de choses avec le terrain, aussi bien en terme de modification du sol que pour la gestion de l’eau, du feu ou de la lave.  Le tout est accompagné d’une bande son magistrale qui renforce encore plus l’atmosphère générale; les musiques sont prenantes et changent suivant les actions dans le jeu.

Le seul point faible du jeu se trouve dans sa maniabilité à la manette : j’avouerai avoir eu du mal à m’y faire au début, le manque de zoom ou la rigidité des commandes nous donne des mini crises!  Il n’empêche qu’après s’être adapté à cette jouabilité particulière on prend énormément de plaisir.  Je sens par contre que sur pc From Dust sera bien meilleur de ce coté.

Sa durée de vie pourra être plus ou moins longue suivant votre degré d’addiction au titre, car comme je le disais au début, le titre montre rapidement ses limites et certains pourraient vite s’en lasser.  Personnellement, j’accroche au titre et je prends énormément de plaisir à parcourir les différents niveaux du mode histoire (une dizaine de niveaux), le tout accompagné d’une trentaine de défis.  On a donc un jeu avec une bonne durée de vie (pour tout boucler il faudra compter sur une petite huitaine d’heures).

En conclusion : ce jeu ravira les fans qui comme moi adorent les jeux de réflexion ou les « God Game », ce dernier est une bonne bouffée d’air frais qui nous change des titres habituels.  J’espère d’ailleurs voir arriver une suite à ce titre avec plus d’ambition et plus de possibilités.  Pourquoi ne pas y inclure une faune plus danse et surtout agressive, pourquoi pas aussi d’autres tribus rivales?  Une chose est certaine, pour moi, ça sera LE gros titre de ce summer of arcade sur le xbla.

Et pour ceux qui l’auraient loupé, voici le launch trailer du jeu, car la poésie du jeu est bien plus flagrante en vidéo qu’en simple image: