Avec ce troisième volet de Call of JuarezTechland abandonne le coté western pour faire de cette licence un fps moderne.  Est-ce une bonne chose?  Oui et non en fait…

Tout d’abord, il ne faut pas se leurrer, techniquement il est à la ramasse, je l’ai même trouvé en deçà des précédents épisodes.  On se croirait face à un bon jeu du début de la sortie des consoles next-gen…  Le jeu souffre de textures très pauvres et de modélisations assez anguleuses, ce qui est assez dommage car en général les décors ont un bon rendu et surtout la ville de Los Angeles et son ambiance sont bien retranscrites!  Une chose est certaine, les graphismes de Call of Juarez : The Cartel sont loin des FPS sorti dernièrement.  A coté de ça, le jeu offre une bande son correcte, quelques bonnes musiques et les voix en version française (hormis la synchronisation faciale) ne sont pas trop mauvaises pour une fois mais on appréciera d’avantage la version anglaise (d’ailleurs je ne peux que souligner le fait qu’on ait un vrai choix des langues, ce qui est assez rare de nos jours).  Je regrette juste la surenchère de vulgarité, je ne suis pas du genre à ne pas aimer ça quand c’est bien placé, mais ici c’était un peu trop présent à mon goût.

 

Le gameplay quand à lui est plutôt réussi, il offre quelques scènes de course poursuite dans les rues de L.A. ou même dans le désert mexicain, le seul soucis est la rigidité des commandes, la conduite du SUV offre des sensations assez bizarres au final.  Les fusillades sur l’autoroute de L.A. offrent par contre de bonnes sensations.  The Cartel dispose également de nombreuses missions annexes qui permettent de donner un peu de piment au jeu.  Mais il faut avouer que le challenge est surtout présent lorsque l’on joue en coopération, car en solo il n’est franchement pas difficile de berner ses coéquipiers lorsque l’on dérobe quelques indices ou portefeuilles qui traînent un peu partout.  Les trois personnages disponibles n’offrent pas spécialement de véritable style de jeu ni une histoire fondamentalement différente bien qu’ils aient chacun leur raisons personnelles dans l’histoire.  Ils offrent quand même quelques phases de jeu bien distinctes et une fin bien à eux.  Il y a clairement de bonnes idées qui auraient pu être poussées bien plus loin.  Les ennemis sont quand à eux très coriaces et surtout très bourrins, ils ne vous lâcherons pas d’une semelle d’autant plus que vos coéquipiers s’avèrent assez inutiles pour vous protéger.  Par contre ils sont invincibles, au moins pas la peine de chercher à les sauver!

Une chose que j’ai vraiment apprécié est le scénario.  On se retrouve ici avec une petite bande de flics véreux (un peu comme dans une de mes séries policières préférées : The Shield).  Toute l’histoire se concentre autour de la recherche du cartel de la drogue et ce par n’importe quel moyen.  Ok, ce n’est peut-être pas très original mais au moins, ça change des guerres en Afghanistan.  Le seul soucis vient du manque de charisme des protagonistes.  L’histoire des trois personnages offre une petite re-jouabilité même si elle n’est pas flagrante, ce qui permet de booster un peu la durée de vie du titre qui n’est pas mauvaise, elle est même supérieur à un Call of Duty!  Personnellement j’ai pris beaucoup de plaisir à avancer de missions en missions celle-ci s’enchaînent avec rythme (scènes en extérieur urbain ou désert, boite de nuit, appartements,…), j’en arrivais même parfois à oublier ses quelques défauts!

En conclusion comme je le disais avec Gohan, ce jeu a certes pas mal de défauts mais n’est spécialement pas la daube que certains laissaient entendre.  Néanmoins, il y a une concurrence telle qu’il aura du mal a s’intégrer.  Je pense qu’avec quelques mois de développement supplémentaires on aurait pu avoir un titre revu à la hausse.  Si vous le trouvez à petit prix, il offre quelques bons moments de jeu surtout en coopération, avec des petites nouveautés qui changent un peu des Call of Duty.  Par contre, j’aurais bien aimé me procurer la version collector polonaise :).