Mes deux coups de cœur de cet évènement du XBLA sont deux Survival.

Je précise déjà que je ne les ai pas fini, j’en suis plus ou moins à la moitié de chaque, mais ça n’enlève en rien l’appréciation que j’ai pour ces deux titres.

 

I Am Alive est celui que j’apprécie le plus, on a ici un vrai survival (surtout en mode Survie), on doit gérer pas mal de chose mais surtout son endurance et ses balles.  Concernant les balles, je pense que la dernière fois où j’ai eu peur de tomber à court c’était sur un vieux Résident Evil, car il est très rare que l’on ait plus de 2 balles dans son chargeur!  Il va falloir donc ruser pour sortir indemne d’un combat contre 4-5 ennemis, ceux qui sont doué au poker auront plus de chances que les autres ;).  Une très bonne idée dans ce jeu c’est la gestion de l’endurance, pour une fois on craint plus la mort à cause d’une chute dû au manque d’endurance que du manque de vie, assez déstabilisant au début.  En effet, ici la clé de la victoire c’est l’endurance, qui se vide très vite lors des phases de gros efforts, on a bien la possibilité de la remonté en s’alimentant mais dans cet univers post-apocalyptique les bouteilles d’eau sont rares.

Graphiquement le jeu est correcte sans non plus éclater la rétine, le design de cet univers complètement dévasté est quand à lui superbe.

Ensuite j’ai adoré revoir la suite du très bon Alan Wake.

Deux ans se sont écoulés et notre écrivain a toujours aussi peu d’endurance et reste un peu gauche dans ses déplacements, on sent que ce n’est pas un commando d’élite.  Par contre là où il a gagné en efficacité c’est dans son arsenal, le jeu en devient un peu plus « bourrin » et facile car on gère nettement moins son armement que dans le jeu originel.  Dès le début du jeu il est très aisé de trouver par terre un bon gros shotgun et un Uzi, autant dire que ça change du petit pistolet et de ses quelques balles.  La seule difficulté du jeu sera donc la survie dans le terrain hostile, la vie descend très vite, il faut donc réagir rapidement et tuer nos ennemis avant qu’ils ne se rapprochent.  Quand je disais que le jeu est devenu un peu plus « bourrin » c’est en relation avec son arsenal, on a beaucoup plus de phase d’action et moins d’angoisse, c’est le point qui me plaît le moins.  Alan Wake’s american nightmare n’a eu aucune amélioration technique par rapport au premier, le jeu reste quand même visuellement beau avec ses jeux de lumière assez nombreux.

Deux bons jeux qui valent leur pesant de cacahuètes, et me font passer de bon moment :).