Si toi aussi les mots « Destruction Derby » réveille en toi un grand moment de nostalgie, si toi aussi entendre de la tôle froissée réveille en toi les plus profondes pulsions destructrices, Dirt Showdown est fait pour toi!  Merci Codemaster de faire revivre la beauté des courses mouvementées.

Gentlement, start your engines!

Graphiquement, comme ses prédécesseurs, ce Dirt Showdown est superbe, on en prend plein la vue sur chaque circuit.  Les voitures sont bien modélisées, avec un nombre important de détails au niveau des bosses et assez différentes pour trouver son bonheur, un bon nombre de monstres américains, vive les hot-rod! Les effets pyrotechniques sont nombreux, on se retrouve avec un florilège de feux d’artifice et d’explosions de tôles.  Les circuits sont d’ailleurs assez varié, on passe d’une piste enneigée à une piste sur du bitume sans oublier le terrain de terre bien crasseuse, le tout à différent moment de la journée, un bel effet de coucher de soleil rend la destruction plus poétique :D.  Les effets sonores sont dans l’ensemble plus que correct, les bruits de casses et de moteurs nous en mettent plein les oreilles sans oublier les musiques qui sont plutôt bien choisies et nous plonge de suite dans l’ambiance.

Coté Gameplay le jeu se prend directement en main avec sa conduite axée Arcade qui rappelle fortement celle de Race Driver Grid.  Concernant les modes de jeux, ils sont tous optimisés pour la destruction massive.  This is Spartaaaaa, hum je m’emballe…  On passe joyeusement d’une arène de destruction à une course sur un circuit remplis de carrefour plus dangereux les uns que les autres. On pourra classer les modes de jeux dans trois catégories:

  1. Les courses classiques où tout est permis (Race off, Domination et Elimitator)
  2. Les épreuves de Gymkhana (Smash hunter, Trick rush et le monde ouvert du Joyride)
  3. Et le meilleur pour la fin, les épreuves de Destruction (deux types d’arène: Knock out et Rampage, ensuite les courses de 8 Balls)

En gros de quoi se taper de bon délire et faire le show sur ce Dirt Showdown.

Par contre bon sang!  Virez-moi ce satané Ken Block de la licence Dirt, les épreuves de Gymkhana sont à mes yeux, les plus ennuyantes à se coltiner…

Après ce beau tableau, j’ai quand même quelques déceptions et non des moindres.  Le nombre de pilotes en pistes est de huit, personnellement, pour des courses de destructions je m’attendais à plus pour ne pas se retrouver seul sur la piste, et qu’on ne me parle pas de limitation technique des consoles!  Il suffit de regarder quelques années en arrière avec Race Driver Grid qui proposait des courses à douze (quatre de plus ça peut paraître peu, mais c’est tout de même énorme), et encore bien plus loin sur playstation one avec Destruction Derby 2 qui proposait des courses à vingt, oui oui vingt voitures prêtes à se défoncer.  Je suis certain que si les créateurs du jeu avaient un peu plus travailler leur optimisation, ils auraient pu ajouter quelques voitures supplémentaires.

Autre déception, les dégâts, ils sont certes superbement rendu, on voit réellement les impacts des collisions et c’est un réel bonheur de voir les voitures se démembrer…  Mais… tout ce tape à l’œil n’a aucun impact sur notre véhicule, on a bien une jauge de vie mais j’aurais aimé voir la direction en prendre un coup ou mieux, le moteur avoir des ratés et perdre de sa puissance.  Chose encore plus incroyable, on a un respawn à l’infini hormis dans les courses de 8 balls dans le mode solo, je trouve ça assez dérangeant de n’avoir que ce style de jeu avec du respawn et du temps pour les arènes.  J’aurais aimé avoir la possibilité de faire des courses à l’ancienne ou tu dois aussi bien engendrer des points en castagnant les voitures adverses mais aussi faire attention à l’état de ta voiture, double stress double plaisir!

C’est avec le multijoueur que Dirt Showdown prend tout son sens, c’est là qu’on pourra vraiment déchaîner nos v8.  Le multijoueur en plus d’être très fun, est ultra complet, on y retrouve bien sûr tout les types de disciplines rencontrées dans le mode solo (aussi bien en chacun pour soi qu’en équipe), à cette liste on y ajoute quelques modes de jeu assez fun mais qui ne sont pas les plus prisé du multi (je garde ces modes pour des parties déjantées entre amis), une espèce de capture de drapeau et une course où l’on doit garder un butin le plus longtemps possible.

En conclusion, ce Dirt Showdown a su me combler, surtout au niveau du multijoueur qui comme dit plus haut offre pas mal de possibilités et nous montre ce qu’il a dans le ventre.  Il déçoit sur certains points, mais on arrive à oublier ses défauts tellement on prend son pied avec.  Donc si vous êtes en manque de collisions et de courses déloyales remplie de fou rire en multijoueur foncez dessus ;).