A chaque annonce d’un nouveau Forza, mon coeur s’emballe et je deviens fou, pour Forza Horizon, cela m’a fait le même effet mais avec une petite peur que l’esprit de la série soit dénaturée.  Que nenni mon ami!  Forza est bel et bien là et vous allez vite vous en rendre compte.

Forza Horizon nous plonge de suite dans une ambiance de festival (ça m’a un peu rappelé le Gumball 3000 pour ceux qui connaissent).  On démarre tout en bas de l’échelle, dès le début on nous pousse à appuyer sur le champignon au milieu du trafic pour aller acquérir notre premier bracelet et ainsi être inscrit à cette grande compétition du festival Horizon.  Notre pilote gravira les échelons pour au final se retrouver avec le bracelet d’or et être champion d’Horizon après avoir mis à genoux tout ses adversaires.  Pas de grand scénario, ici on est là pour rouler et s’amuser.

Le coté ambiance est ici poussé à son exagération et est présente jusque dans des rassemblements inédits.  En effet, dans ces rassemblements, on se retrouve embarqué dans des courses un peu spéciale.  On pourra se mesurer contre des avions, hélicoptères voir même des montgolfières, en bonus à la fin si on fini premier on repart avec la voiture qu’on nous a prêté pour l’épreuve.  Tout un programme ;)!  Moi j’ai vraiment adoré cette ambiance et j’en redemande!

 

Un jeu qui se prend de suite en mains, on retrouve de suite nos repères par rapport à un Forza 4 et le jeu reste accessible à tous grâce aux différentes aides.  D’ailleurs le soft a un coté arcade pas trop poussé qui permet à tous de prendre énormément de plaisir.  Le gros point fort de cette licence est toujours présente, on ressent fort bien les différences de conduite entre chaque véhicule, l’inertie et le grip se retrouve changé suivant la voiture que l’on aura choisi.

Les épreuves sont très variées et nous permettent de gagner des crédits (plus ou moins importants suivant la difficulté choisie comme dans Forza 4) ou des voitures lors de confrontations spéciales.  A chaque fois que l’on gagne un nouveau bracelet, un nouveau pack de courses s’ajoute sur la carte, chose très agréable par rapport à d’autres jeux, chaque course est réellement différente, on repasse que très rarement deux fois sur le même tronçon, cela nous donne une belle impression de renouveau.

En plus de ces courses classiques qui sont liée à notre « carrière », on retrouve un peu partout sur la carte des épreuves de type radar où l’on pourra affronter joyeusement nos amis avec des bolides de plus en plus puissant et ainsi se faire flasher avec la vitesse la plus élevée possible.  On a également des courses de rue qui nous sont présentées dans l’histoire comme des courses illégales, elles permettent de gagner un peu plus d’argents que les autres courses.

Seul véritable point négatif du jeu, les temps de chargement certes très courts mais nombreux entre chaque course.

   

Graphiquement irréprochable, Forza continue de nous surprendre avec un monde ouvert très fouillé, détaillé et varié mais surtout super fluide, que demander de plus?  L’environnement et le design général nous rappelle un peu ce que l’on pouvait voir dans les Dirt mais avec une ambiance générale bien plus poussée et immersive.  Les joueurs de Forza 4 savent de quoi je parle et une chose est certaine, Forza Horizon garde la réputation de son aîné pour la modélisation des véhicules qui est toujours aussi parfaite.

Le cycle jour/nuit est parfaitement maîtrisé, on n’a pas la sensation comme dans d’autres jeux que la nuit tombe trop vite et brusquement, ici c’est très réaliste et tout se fait en douceur, le soleil se couche pour laisser place à une nuit noire assez dangereuse car les routes ne sont pas toutes éclairées.  Certain vont certainement râler qu’il n’y ait pas de cycle météorologique donc pas de pluie ni de neige, moi ça ne m’a pas dérangé et je pense qu’il ne l’on pas fait pour pouvoir garder une certaine qualité graphique sans avoir de ralentissement.

Par rapport à Forza 4, les dégâts ne sont que visuel, ils n’ont aucun impact sur notre conduite, ce qui est plutôt un bon point pour un jeu qui se veut plus arcade, cela nous permet de pouvoir s’appuyer sur nos concurrents lors des déplacements ou de se prendre une voiture en frontal sans avoir à passer par la case réparation.  A coté de ça, cela reste du Forza, se la jouer bourrin ne nous permet pas de décrocher de bon chronos voir même de gagner, malgré son coté arcade, Forza Horizon prônera la « bonne conduite » plutôt que l’action par rapport à un Need for Speed pour ne citer que lui.

  

Avec plus de 35 heures de jeux (solo, multi et configuration de voitures compris), sachant qu’il me reste encore un paquet de courses à terminer, je peux dire sans trop hésiter que la durée de vie de ce Forza Horizon est impeccable.  D’autant plus que c’est le multijoueur qui prendra une grande place avec des modes de jeu vraiment sympa et adapté à ce monde ouvert (dont le mode infecté que j’ai adoré).  Sans oublier le mode ballade libre qui est juste excellent avec un grand nombre de défis à réaliser en coopération de deux à huit joueurs.

Petit plus, à chaque niveau gagné en multijoueur, on a un système de loterie qui nous permet de gagner soit de l’argent soit une voiture, les accrocs des machines a sous vont avoir une poussée d’adrénaline lors de l’apparition de la roulette ;).

En conclusion, Forza Horizon nous offre un parfait compromis entre l’arcade et la complexité de conduite d’un Forza MotorsportForza Horizon a su prendre le meilleur de ce qu’on a pu voir dans d’autres jeux du même genre mais en mieux (et ce n’est pas que parce que je suis fan de cette licence que je dis ça ;)).  Un jeu que je conseille à tous, aussi bien les fans de Forza, de simulation ou d’arcade, allez-y tous et foncez les yeux fermer, ce jeu vous fera tenir le gamepad ou le volant en mains durant de longues heures sans jamais vous ennuyer.  Un must have de cette fin d’année, Microsoft tiens là une excellente alternative à Forza Motorsport en espérant que ça ne soit pas qu’un simple spin-of et qu’on la reverra dans le futur avec d’autres améliorations.