Ceux qui en ont marre des fps traditionnel et qui veulent quelque chose qui change, la série des Borderlands est faite pour vous.  Ce Borderlands 2 ne déroge pas à la règle et nous offre des moments de pure folie.

Coté scénario, Borderlands 2 ne fait pas dans la grosse nouveauté, pour peu que vous ayez un peu joué à Borderlands premier du nom, on reste dans le même style.  L’histoire se déroule 5 ans après le premier opus et nous présente quatre nouveaux chasseurs près à en découdre pour se faire un max de fric sur Pandore.  Axton dans le rôle du commando polyvalent avec sa tourelle portative, Salvador dans le rôle du défourailleur (en gros le bourrin de service), Maya dans le rôle de la sirène avec ses pouvoirs télékinésiques elle sera une alliée puissante en coopération et finalement Zer0 dans le rôle de l’assassin, très bon au corps à corps.  Avec le premier dlc on peut ajouter comme nouveau personnage Gaige la Mécromancienne, certainement le personnage le plus puissant du jeu avec son robot qui l’accompagne.

En gros, du beau monde pour arpenter les régions de Pandore, car malgré que l’on connaissait déjà par coeur ce monde parcourru dans le premier opus, j’ai été agréablement surpris de découvrir pas mal de nouveaux décors et environnements.

Une chose est certaine, si vous voulez vous enrichir sur pandore, il va falloir sortir vos plus beau flingues et trucider du Skag.

   

Graphiquement, Borderlands 2 garde son style en cell shading bien à lui qui avait fait fureur à sa sortie.  Cette suite est bien plus fine graphiquement que le précédent et les textures sont toujours aussi colorée mais avec un effet un peu plus crade qui rend le soft plus réaliste au final.  Les environnement très variés nous permettent de voyager grâce à un design très particulier.  J’ai encore été plus surpris des décors avec l’add-on « Le Capitaine Scarlett et son Butin de Pirate » qui ajoute des nouvelles zones d’exploration et surtout des nouveaux véhicules volant fort plaisant à piloter.

La bande son est toujours aussi électrique et adaptée à cet environnement post-apocalyptique, même si j’avoue que je garderai en tête les musiques des arènes de Moxxi du premier.  Les doublages en français sont bourré de charisme, les dialogues pour leur part sont remplis d’humour bien gras et cette fois-ci les petit gars de chez Gearbox ont poussé le trip encore plus loin.  Je vous jure que les répliques mythiques sont nombreuses dans cet épisode.

 

Le gameplay n’a pas changé, Borderlands est toujours aussi nerveux et plaisant à prendre en mains.  Les armes et pouvoirs se contrôlent sans aucun soucis, d’ailleurs les armes sont bien plus stylisées et nombreuses que dans le premier, chaque arme a véritablement un design propre.  Les ennemis sont néanmoins plus réactif et « intelligent », ils n’hésiteront pas à se cacher ou à vous tendre quelques embuscades, chose amusante, la faune locale s’attaquera également contre vos ennemis.  Comme on dit, l’ennemi de mon ennemi est mon… ennemi :P.

  

En conclusion, Borderlands 2 est un excellent jeu, bourrin, crade et politiquement incorrect à souhait.  Cette suite nous promet de très longues heures de jeu, dont la coopération est encore plus fun dans ce grand défouloir.  Un must have qui finira très certainement comme son aîné en Game of the year.  Pas la peine d’hésiter longtemps car si comme moi vous avez aimé le premier, vous allez adorer cette suite.

Seule déception, je subis les foudres du bug qui remet les points de brutasses à zéro, assez embêtant quand on en a beaucoup car du coup je perds toute une grosse partie de mes capacités :(.