Totalement novice dans l’univers de Trackmania, je dois avouer que l’expérience m’a convaincue.  Un concept simple et efficace, une conduite technique accessible à tous qui a séduit la pilote en herbe que je suis en recherche de compétition.  Ce Trackmania² est scindé en plusieurs environnements.  Notamment le Stadium et le Valley que j’ai eu la chance de tester.

 

Avant de vous parler des particularités de chaque environnement, je vais d’abord vous parler des points communs aux deux épisodes. Dans Trackmania, vous êtes seul sur la piste, les autres pilotes étant en mode fantôme, les circuits sont remplis de tremplins et loopings en tout genre.  Ne vous fiez pas à son gameplay plutôt orienté arcade.  Pour finir un circuit, il vous faut la précision et la vitesse d’un pilote de F1 digne de ce nom. Le cœur du jeu est clairement le multi malgré la campagne solo qui nous réserve pas moins de 65 circuits.  Ce mode solo est divisé en 5 catégories avec 15 circuits pour chacune d’entre elles.  Au début, 5 circuits uniquement sont débloqués. Pour pouvoir vous attaquer aux suivants, il vous faudra, au minimum, avoir la médaille d’argent dans chaque circuit. Si vous débloquez la médaille d’or, vous pourrez alors refaire la course en mode officiel qui n’est autre que le mode solo avec un lerderboard.  Attention cependant, pour vous mettre la pression, vous n’avez droit qu’à un seul essai toutes les 5 minutes.  Autant vous dire que j’ai recommencé un certain nombre de fois plusieurs courses.  L’envie de toujours faire un meilleur chrono et d’être en tête des classements se révèlent être de plus en plus pressantes au fil des heures de jeu.  Graphiquement, ce Trackmania² est beau sans pour autant nous scotcher à notre écran mais avouons-le, dans ce jeu, mieux vaut rester concentré sur la route car le chrono ne pardonne pas les erreurs.  Une fois la partie solo prise en main, attaquons- nous au multijoueur. Attention, il vaut mieux avoir les nerfs solides car le niveau est très élevé et le risque de voir votre rêve d’être numéro 1 balayé par des joueurs redoutables face au chrono est fréquent.  Rassurez-vous, les serveurs sont la plupart du temps tagués par classement afin de se confronter à des adversaires de votre niveau et de continuer à progresser pour un jour, qui sait, détrôner les leaders du classement.  Le contenu multi de Trackmania² est très riche grâce à sa communauté vivante et un éditeur de circuit complet dont la prise en main se fait assez facilement.  Vous trouverez une multitude de maps, et très souvent elles sont d’une plus grande qualité que celles officielles.

   

Observons maintenant les différences entre les deux environnements.  La voiture est le premier changement visible et si le design de la voiture change, ce détail est loin d’être l’unique changement.  La vraie différence vient de la conduite du véhicule. Dans Stadium vous êtes au volant d’un bolide qui ressemble à une F1, un véhicule plutôt léger et très maniable.  Les circuits se déroulant principalement sur du bitume, il vous faudra apprendre à gérer la vitesse et les loopings, être réactif et précis dans les virages.

 

Pour ce qui est de Valley, la difficulté de cet environnement repose sur la précision un peu hasardeuse des trajectoires dans les virages.  Elle rend difficile l’espoir de terminer la course sans finir dans le décor.  Ici, votre véhicule est proche d’une voiture de rallye, elle passera aussi bien sur des chemins de terre en pleine forêt que sur l’asphalte. Sur le bitume, on a un peu la sensation d’une voiture fort lourde et difficilement maniable alors que, dès qu’on arrive sur un chemin de terre, le véhicule devient très difficile à contrôler.  Je dois avouer que la prise en main du Trackmania² Valley est loin d’être évidente, mais d’autant plus gratifiante une fois notre caisse à savon domptée. Petite différence, non négligeable pour moi mais peut-être pour d’autres, c’est que dans Valley, notre bolide subit des dégâts.  Et oui, je le crie haut et fort : « Moi j’aime ça, la tôle froissée ! ».

En conclusion, amateur de défis, lancez-vous dans Trackmania²!  Vous ne serez pas déçu, le challenge est bien présent et vous en aurez pour des heures de jeu avant de venir à bout du contenu solo mais surtout du multi et de sa communauté.  Une fois la conduite prise en main, ce jeu est un vrai régal pour les accros de vitesse et de loopings en tout genre.  Si vous recherchez une prise en main facile, je vous conseille Stadium et sa vitesse pure.  Sinon, prenez Valley, il vous donnera du fil à retordre pour maîtriser toute la complexité de son style de conduite et vous donnera plus de satisfaction une fois la prise en main acquise. Vous êtes du genre créatif?  L’éditeur de circuit est là pour assouvir vos plus folles idées.  A vous de choisir entre la vitesse dans les arènes du Stadium ou mordre la poussière dans Valley.  N’ayant jamais joué au premier Trackmania, je peux juste vous dire que celui-ci est excellent et que pour ma part, Nadeo a fait une fan de plus de cette licence.  Alors, certes, ces nouveaux épisodes de Trackmania ne sont peut-être pas bourrés d’innovations mais le plus important est là, on prend énormément de plaisir à jouer.  On a tendance à bien trop souvent l’oublier mais le plus important dans notre passion, c’est simplement ça.