Dontnod nous présente son nouveau petit bébé, Life is Strange, un joli mélange de jeux à la Quantic Dream et Telltale.  Même si Quantic Dream ne m’avais pas donné satisfaction avec son Heavy Rain, j’avoue avoir été plus que surpris en faisant les Walking Dead de Telltale, du coup là en voyant que Life is Strange se rapproche énormément dans le style de ce dernier que j’avais adoré, ma curiosité était à son paroxysme.

 

L’histoire démarre avec Max en train de marcher dans une petite foret pour arriver face à un phare et surtout face à une tornade qui se dirige tout droit vers une petite ville, quand soudainement on se retrouve téléporté dans une classe de photographie plusieurs jours avant ce drame.  Autant le dire de suite, on est directement dans le bain et on veut connaître ce qu’il en découle.  Notre héroïne se remet à peine de ses émotions en essayent de comprendre qu’il lui est arrivé, tout un tas de question se bouscule dans sa tête qu’elle se retrouve une nouvelle fois confrontée à ce phénomène lorsqu’un étudiant de son lycée braque une arme à feu sur une autre étudiante.  Max a à peine le temps de crier un mot que son pouvoir la projette à nouveau dans le passé et retourne à la case départ dans sa classe.

Pour nous, c’est à ce moment là que le gameplay central du jeu peut enfin se mettre en place, nous contrôlons le temps et pouvons ainsi changer certaine chose dans le cours de l’histoire.  Au début on remontera le temps pour répondre correctement à une question posée par le prof, ensuite pour sauver l’étudiante en détresse et finalement peut-être pour éviter la catastrophe avec la Tornade qui devrait arriver dans un futur proche.  Par contre, il faut savoir que chaque chose que nous changeons dans l’histoire et chaque choix que nous prenons auront apparemment un impact sur la suite de l’histoire, cela nous le saurons plus tard lorsque les prochains épisodes seront disponibles.

Une chose à savoir pour ce gameplay, le temps est remonté mais notre personnage ne bouge pas, ce qui pourra avoir pour effet de nous aider à passer certain passage.

   

Life is Strange adopte un style graphique vraiment sympa, un petit mélange de cell shadding et de peinture à l’aquarelle.   C’est fin et très coloré, perso j’aime beaucoup et ça colle parfaitement avec le jeu.  Coté bande sonore, on est généralement bercé par une musique un peu mélancolique et la VO est plus que correcte.

Seul point noir sur le tableau, la synchronisation labiale,  en effet les voix sont régulièrement en désynchronisation avec le mouvement des lèvres, c’est assez dérangeant surtout qu’il y a beaucoup de dialogue.

Au final on se retrouve avec un superbe jeu qui nous permet d’avoir pas mal de choix à faire durant l’avancement de l’histoire.  Du coup je peux conseiller sans soucis ce Life is Strange à ceux qui ont aimé les Walking Dead.  Par contre si comme moi vous n’êtes pas quelqu’un de patient, prenez le season pass et attendez d’avoir la saison complète pour démarrer l’histoire, la frustration de ne pas avoir la suite directement est assez énorme tant on veut connaître ce qu’il se passe!