logoscreamride

ScreamRide, un jeu qui avait l’air prometteur lorsque j’avais vu le premier trailer lors de l’E3, sans que je n’en attende beaucoup, étant fan de city builder ou de park bulder j’espérais tout de même avoir un bon petit jeu dans la veine de Rollercoaster Tycoon.  Malheureusement, où peut-être tant mieux car un city builder à la manette perso je me vois mal y jouer, il faudra faire abstraction au côté gestion de park, on a ici en main un simulateur de conduite et de test crash.

screamride c22a2be5-10eb-4da5-8169-23276667b8df

Graphiquement, Sceamride se la joue très minimalliste et cartoonesque, j’aime beaucoup ce style surtout quand il est propre comme ici on est clairement loin d’une prouesse technique surtout pour un jeu dit « next-gen ».  Là où j’ai été agréablement surpris, c’est du côté du moteur physique, la destruction des bâtiments est superbement réalisée et on prend un malin plaisir à tout exploser.

Coté ambiance sonore on est servis par de jolis bruitages d’explosions et bercé par les cris des passagers de notre wagon, je regrette juste qu’il n’y ai pas une bonne musique d’ambiance.

Screamride-11

screamride-5 screamride-1 metricsforrides Joystickin-With-Jorge-ScreamRide-Screen-Shot-2015-03-01-10-32-31

Le gameplay de Screamride n’ayant pas pour but d’être un véritable builder, les développeurs se sont concentré sur le côté manœuvre de notre wagon, les tracés devenant de plus en plus technique en avançant dans le mode carrière il faudra avoir un certain skill pour espérer entrer dans le classement. Pour se faire, vous aurez à doser votre accélération, gérer votre jauge de turbo et également faire attention à la force centrifuge de votre chariot.  Si vous voulez un maximum de point il faudra jouer avec le feu et tenter de faire un maximum de deux roues (si on peut dire ça ainsi) et ainsi avoir un indice de hurlement le plus élevé possible.

Ensuite il y a le mode de jeu expert en démolition, on a accès a plusieurs types de nacelles pour assouvir nos envies de destruction, certaine ont un boost et d’autres peuvent se diviser pour maximiser nos chances de destructions.  Certains tracés mixent une partie de montagne russe non finie pour atterrir avec un bon boost sur les bâtiments à exploser.  Ici pour faire péter les scores, rien de plus simple il faut tout détruire et avec style, viser les objectifs bonus et tenter de faire des explosions à la chaîne et le tour est joué.

Autant la prise en mains est simple d’accès, autant dans le mode créatif j’ai réellement eu du mal sur ScreamRide, la caméra étant très capricieuse, construire un rollercoaster dans ces conditions n’est pas chose aisée. Pourtant ce ne sont pas les possibilités qui manquent, surtout lorsque je vois les créations de la communauté.  Il faut croire que ma patience a ses limites, c’est dommage que je n’ai pas plus accroché car c’est ici que le jeu a le plus de potentiel sur le long terme.  Une chose est certaine, les esprits créatifs en herbe et surtout ceux qui ont la patience y trouveront leur bonheur car les possibilités sont énormes.

image

En conclusion, ce  ScreamRide n’est ni un mauvais jeu ni un excellent jeu, il a surtout un gros soucis, son prix vraiment excessif, 40€ pour un si petit contenu, il y a une époque pas si lointaine où ce genre de jeu sur le Xbox live arcade n’aurait coûté qu’une quinzaine d’euro.  Je me suis amusé sur les modes conduite et destruction, mais il faut voir que sur le long terme, l’ennui peu vite s’installer surtout si vous n’êtes pas un fan de scoring.  En gros attendez un peu et à la limite prenez le lorsqu’il sera en promotion, car perso j’avoue prendre mon pied dans le mode total destruction 🙂 la dose de fun est bel et bien présente.