F1_2015_logo_pos_1426170389

Pour moi la Formule un est la discipline qui demande le plus de concentration et de rigueur dans notre façon de conduire et dans ce domaine, Codemaster maîtrise très bien son sujet!  Du coup, après une année sabbatique, c’est avec un plaisir non dissimulé que je peux enfin me remettre dans le cockpit d’une de ces superbes monoplaces avec ce F1 2015.

F1_2015_Montreal_003_1433777001 F1_2015_May_06_1432295443

Au menu des modes de jeu nous aurons le classique championnat du monde, course rapide, contre-la-montre, saison pro et bien sûr le multijoueur.  Et le grand perdant de ce F1 2015 est… roulement de tambour, le mode carrière qui a totalement disparu du paysage.  Les joueurs qui comme moi rêve d’un mode carrière complet qui nous demanderait de démarrer tout en bas de l’échelle et de se faire un nom et ainsi atteindre l’objectif de l’écurie qui domine le plateau seront déçu de cette perte.

Maintenant ce qu’il faut se dire c’est qu’au final le mode carrière des précédents opus n’était qu’une simple simulation de la même année avec les mêmes pilotes sans aucun changement tout au long de votre carrière, l’un dans l’autre c’était un simple championnat dans lequel on jouait avec un pilote fictif.  Enfin, personnellement j’aurais tout de même préféré un peaufinage du mode carrière nous obligeant de démarrer au fin fond de la grille pour gravir les échelons et avec pourquoi pas une gestion des transferts années après années.

Toutes les licences sont toujours bien évidemment au rendez-vous avec un petit bonus sur ce nouvel opus, on aura droit à deux saisons, celle de 2014 et celle de 2015, toujours agréable d’avoir un plus large choix de pilotes et de nouveautés du côté des écuries sur deux ans.

Screenshot-Original (2)

F1_2015_Montreal_008_1433777004 F1_2015_Montreal_005_1433777002 F1_2015_Montreal_004_1433777002 F1_2015_May_05_1432295442

Le gameplay balance entre l’arcade et la simulation,  avec une prise en main intuitive et rapide il devrait plaire un large public.  L’IA est plutôt bonne mais elle est particulièrement agressive, cela peut ajouter du challenge mais pourra aussi en faire rager plus d’un lors d’un accrochage.

J’ai trouvé ce F1 2015 légèrement plus permissif que les précédents opus, une prise en main qui devrait ravir les joueurs occasionnels mais qui ne plaira pas aux puristes, il faudra d’office désactiver toutes les aides pour avoir en mains une simulation qui nous donne un peu plus l’impression d’être dans le cockpit d’une F1.  Le must étant le mode « saison pro ».

Les différentes pannes mécaniques et autres crevaisons inattendues sont toujours au rendez-vous, certes c’est parfois rageant de perdre plusieurs places voir carrément la course sur ce genre d’action, mais cela ajoute tellement de réalisme et de piquant à la course que je ne les enlèverai pour rien au monde.

F1_2015_Montreal_002_1433777001 F1_2015_May_04_1432295441

Graphiquement ce F1 2015 comme pour toutes les autres productions de Codemasters est réussie sans non plus casser la baraque  Chose très agréable, le jeu est très fluide et surtout les sensations de vitesse en vue cockpit sont grisantes à souhait.  Les modèles 3D sont très fin et les décors ne souffrent de pratiquement aucun alliasing cependant il y a quelques tares techniques qu’en 2015 on aimerait ne plus voir comme un tearing trop présent, j’avoue que quand on est concentré sur sa course c’est assez gênant et ça pique les yeux.

L’ambiance sonore est une belle réussite, le son des F1 est identique à celui que l’ont peut entendre en vrai, c’est-à-dire le nouveau bruit de tondeuse, je regrette tant les bons vieux vrombissements des V8 ou des V6!  Seul point noir, je trouve que les conseils que le mécano nous donne ne sont pas assez audible, sa voix est trop basse et qui plus est agrémentée d’un petit grésillement typique des micros en course.

Gros point fort, la vie sur le circuit et dans les stands, c’est quelque chose qu’on avait souvent reproché à Codemaster et là ils ont clairement appris à écouter la communauté, on a une ambiance qui nous plonge dans le cœur de la course, aussi bien du côté des arrêts aux stands que pour le podium voir même sur la grille de départ, tout y est pour plus de réalisme.  Il ne manque plus qu’à remettre les interviews de fin de course.

Screenshot-Original (3)

En conclusion, les fans de F1 verrons ici un bon petit jeu qui remplira son taff si vous ne cherchez que le mode en ligne et quelques championnats.  Pour ceux qui ne sont pas comme moi à suivre cette discipline à chaque week-end de course, sans son mode carrière vous en aurez peut-être vite fait le tour.  Du coup je conseille ce F1 2015 aux fans pur et dur de Formule 1 qui prendront clairement du plaisir à retrouver leurs pilotes favoris.  De plus profiter de deux saisons pour le prix d’une est toujours agréable.  Je voudrais terminer cet avis avec une grande pensée pour Jules Bianchi qui nous a quitté prématurément et qui aurait certainement pu avoir un baquet chez Ferrari, #ForzaJules!