the-division-logo1

Démarrer une nouvelle IP n’est jamais facile, surtout pour Ubisoft qui avait un blason à redorer après leur mésaventure avec Watch Dogs.  Beaucoup de monde attendaient ce The Division, et franchement je pense qu’on sera tous d’accord sur ce nouveau titre, Ubisoft nous a fournis là un TPS online de très bonne qualité.

Une grosse claque, voici simplement comment qualifier The Division.

Screenshot-Original (3)
L’histoire se déroule dans un New-York enneigé, quelque peu dévasté et angoissant.  La “grippe du Dollar”, maladie issue du bio-terrorisme se transmettant via les beaux billets vert s’est abattue sur les États-Unis, entraînant son lot de morts, gens isolés et voitures à l’abandon.
Nous y incarnons un agent de la Division, petite armée formée d’immunisés qui combattent le crime dans les rues de la grosse pomme (oups, cela fait peut-être un peu trop Batman).  La personnalisation de notre perso est suffisante pour un jeu de ce type.  Choix possible du sexe, de la coupe de cheveux, des traits du visage, tatouages, cicatrices et pustules, ah non pardon je m’emporte!  Faites tout de même attention lors de la création puisque par la suite vous n’aurez pas la possibilité de la modifier (par exemples cicatrice ou lunette).  Par la suite vous pourrez acheter de nouveaux habits histoire de changer un peu le look de votre personnage ou bien vous en gagnerez au combat, ou dans des coffres, ou alors en aidant des civils dans le besoin (bah oui un peu de social ça fait pas d’mal).  Et c’est une fille qui vous le dit, vous aurez de quoi remplir un beau dressing.

Screenshot-Original (21) Screenshot-Original (1)

Le gameplay de The Division est pour moi parfait, on est face à un TPS nerveux qui se prend en main instinctivement, on vise, on tire, on passe d’une couverture à l’autre, tout est fluide, d’ailleurs, je n’ai jamais vu un système de couverture aussi efficace que celui présent dans ce jeu.  Le feeling des différentes armes est plutôt bonnes on sait ce que l’on a en main et c’est à nous de gérer le recul des différents types d’armes à feu qui sont très variées.

En ce qui concerne le côté graphismes, je n’ai qu’une chose à dire : “Quel beau jeu vidéo”.  Non mais sérieusement, quel pied!  On prend plaisir à se balader les yeux en l’air vers les façades d’immeubles illuminées ça et là par des décorations de Noël ou bien taguées.  Il m’est d’ailleurs arrivé plusieurs fois de m’arrêter devant ces graffs ou autres détails qui sillonnent les rues et cela faisait longtemps que cela ne m’était pas arrivé dans un jeu.  Les rues enneigées sont embouteillées par des véhicules qui n’ont plus aucune utilité et les murs sont parsemés d’affiches de personnes disparues ce qui rend le jeu encore plus réaliste.  Un autre point fort, la gestion de la météo est tout bonnement excellente et fait en finesse, on se balade avec quelques flocons de neige et au fur et mesure on se retrouve dans un brouillard à couper au couteau, d’ailleurs, le cycle jour-nuit se fait tout naturellement, on ne ressent pas comme dans d’autres jeux un effet « boum il fait nuit ».  Techniquement parlant tout est propre, on notera juste un peu d’alliasing sinon rien à redire, les textures sont superbes et le jeu ne souffre d’aucun ralentissement.

Screenshot-Original (2)

Screenshot-Original (4) Screenshot-Original (11) Screenshot-Original Screenshot-Originals

L’ambiance sonore, chose à laquelle je ne fais pratiquement pas attention dans un jeu, mais qui cette fois m’a surpris est parfaitement gérée. Je m’explique, par moment il n’y a pas du tout de musique ce qui rend le jeu encore plus oppressant, seul le bruit de nos boots et des cris de corbeaux résonnent dans les rues désertes.  La musique s’active principalement lors des phases de combats, histoire de nous mettre dans l’ambiance.  Le silence se fait aussi, voir plus ressentir dans la fameuse Dark Zone, dès le passage du sas de décontamination.

Screenshot-Original (5) Screenshot-Original (31)

Dark Zone?  Mais de quoi elle nous parle celle là!  Il s’agit d’une zone de quarantaine située au beau milieu de New-York qui a été mise en place par le gouvernement au début de l’épidémie afin de contenir le virus, mais l’armée a vite été dépassée par les évènements et cette zone de quarantaine s’est transformée en zone de non droits.  Il s’agit aussi de l’endroit de tout les dangers, celui où se côtoient les vrais joueurs ainsi que des ennemis (PNJ) bien bad ass, ex membres de la Division qui ont retournés leur veston.  Et l’angoisse quand on est dans la Dark Zone c’est que les autres vrai joueurs peuvent à tout moment vous mettre une balle et récupérer votre butin durement gagné. Cela me fait ressentir la même montée d’adrénaline que quand je jouais à DayZ, pour ceux qui connaissent.  On ne sait jamais sur qui on tombe, alors soyez prudent et n’hésitez pas à embarquer des copains de jeu.

google_img20140428-5742-270w7t

En conclusion, The Division est un jeu auquel vous deviendrez rapidement accroc.  Doté d’une bonne prise en main, jouable en coop à quatre ou bien seul, vous ne vous lasserez pas de si tôt.  Hormis quelques quelques missions secondaires se ressemblant et des menus un peu difficiles à prendre en main au début, je ne lui trouve aucun défaut.
Ubisoft nous a sortit une pépite !