Far Cry, une licence que j’ai toujours apprécié et ce, même si depuis l’épisode avec Vaas, il n’a pas su trouver d’ennemi aussi charismatique.  Cette fois-ci avec el presidente Castillo, on tient un bon méchant fascinant dans ce Far Cry 6.  Une licence qui n’évolue certainement pas beaucoup mais dont je reste client tant je prend du plaisir à y jouer.

L’histoire démarre sur l’île de Yara. On y incarne Dani Rojas qui tente de fuir le pays avec son amie suite à une prise de l’île par Antón Castillo, un furieux dictateur, accompagné de son fils Diego, prêt à sacrifier un nombre incalculable d’habitants pour rester au pouvoir.  Durant leur fuite, ils se feront rattraper par les troupes du dictateur et son amie périra. Avant, elle nous confiera une planque d’une connaissance à elle qui n’est autre que Clara Garcia, la leader révolutionnaire parée à lever une troupe pour faire tomber El Dictator.  De fil en aiguille on deviendra, bien malgré-nous, un agent plus que performant dans cette lutte à la liberté en réunissant des guerriers prêts à nous aider.  On va commencer par libérer l’île de Santuario et récupérer le QG des rebelles non loin de là.  On regrettera par contre de ne pas voir plus le grand méchant de ce Far Cry 6 interprété par Giancarlo Esposito qui incarne parfaitement ce rôle de dictateur.  Un scénario classique d’un peuple oppressé qui se soulève pour libérer son emprise du dictateur qui est au pouvoir mais qui marche toujours.  Il y a juste un truc qui m’a chagriné dans l’histoire et plus particulièrement dans les cinématiques : c’est le mélange un peu trop présent et incohérent d’humour et de sérieux. On passe d’une scène touchante et très sérieuse à une blague qui casse parfois toute l’immersion.  Cela dit, j’adore toujours autant l’humour que propose Far Cry et je pense qu’ils ne veulent pas se placer dans une case de serious-game mais plus nous envoyer une dose de fun.

 

Le gameplay n’a vraiment pas changé depuis quelques opus. Ubisoft se contente d’ajouter ou de modifier quelques mécaniques sans rien chambouler.  Perso, ça ne me dérange pas vraiment, je suis friand de cette licence et son côté fps décomplexé nous permet des heures de castagnes bien bourrines et qui plus est avec la possibilité de s’amuser en coop!  Et puis bon, moi, c’est ça que j’aime avant tout dans un Far Cry, le fun immédiat dans un FPS décomplexé qui permet de faire pas mal de choses hallucinantes dans une map ouverte et assez grande pour avoir une assez bonne variété.  Ubisoft a encore une fois voulu intégrer dans leur jeu un aspect rpg qui au final  est vraiment anodin.  Certes, on voit une map divisée en secteurs avec des niveaux, des armes avec des étoiles devant représentant leur rareté et leur puissance et même des barres de santé sur les ennemis (que j’ai vite désactivé dans le HUD). Mais comme je le disais c’est très anodin, car même avec le premier snipe trouvé, je tuais toujours en une seule balle dans la tête des ennemis des zones de haut niveau, donc au final c’est juste là pour faire joli et je préfère nettement ça, Far Cry doit rester un pur FPS.

Je n’ai pas spécialement trouvé les amigos (animaux de compagnies) très efficaces en soit dans ce Far Cry 6. J’ai généralement préféré jouer solo.  Ils ont tous leur propre capacité aussi bien furtive que d’action pure, mais en général on peut très bien s’en sortir sans eux.

L’I.A. par contre, j’ai l’impression qu’elle a régressé tant on peut la narguer et tuer certains ennemis sans que ses collègues ne réagissent ou bien, plus embêtant, se mettent à te tirer dessus sans raison malgré le fait que tu es réellement furtif.  Le système de spawn des ennemis aussi est un peu cassé. Ca m’a rappelé les flics de Cyberpunk qui apparaissaient aléatoirement, c’est assez chiant et à contrario (ou concernant les spawn) parfois on arrive dans une base ennemie (souvent par les airs) et là rien n’est apparu, pas un seul ennemi sur notre objectif, capture d’avant poste réglée en 30 secondes.

En tout cas, il y a un truc qu’il faudrait vraiment évoluer dans Far Cry, c’est la boucle de gameplay des missions.  Elles n’ont pas évolué depuis des lustres et ça en devient parfois redondant.  Certes, je m’amuse toujours comme un fou à déglinguer les avant-postes et monter ma petite rébellion, mais un peu de fraîcheur ne nous ferait pas de mal.  On a également quelques activités annexes comme les courses, le jeu de domino ou les combats de coqs.  

Sachez que pour vous amuser dans ce vaste monde, vous aurez un large panel d’armes en tout genre, aussi bien des armes lourdes, des fusils d’assauts voire même les légendaires arcs, sans oublier les nouveaux gadgets appelés « Supremo » des sacs à dos sur-armés avec pas mal de choix. Mes deux préférés ont été le Fantasma qui empoisonne les ennemis et les rend fous et pour mon côté bourrin, l’Exterminator qui balance une grosse salve de missiles pour un nettoyage en profondeur!  Pour voyager vous pourrez compter sur les classiques véhicules roulants ou volants, également des chevaux (à la maniabilité douteuse), mais aussi des hybrides pouvant aussi bien voler, nager ou rouler, comme le Angelito qui m’a longtemps accompagné dans mon aventure.  Sans oublier bien sûr la possibilité de jouer en coop!

 

   

Graphiquement, ce Far Cry 6 est superbe, aussi bien techniquement parlant avec ses effets de lumière et sa météo dynamique vraiment bien gérée, que du côté de l’univers en lui-même qui reproduit à merveille une île tropicale occupée avec une grande variété de décors dans laquelle on aime se perdre.  Il y a vraiment eu un gros soin pour nous plonger dans l’ambiance des lieux que ça soit sur l’environnement qui fourmille de détails que l’ambiance sonore et les musiques qui accompagnent notre avancée.  D’ailleurs, la bande son est superbe avec comme souvent chez Ubisoft des doublages en Français de qualités!

En conclusion, j’ai vraiment bien aimé parcourir l’île de Yara sur ce Far Cry 6. Il y a tout ce que j’aime dans ce genre de FPS, de l’action parfois de l’infiltration et un humour particulier mais surtout une très  bonne ambiance tropicale qui reste quoi qu’on en dise assez dépaysante.  Maintenant pour les suivants ça serait tout de même bien qu’on évolue et qu’Ubisoft fasse un step-up de cette licence.  Je verrai bien un monde plus vivant avec des attaques groupées, car là, encore une fois malgré le fait que l’on recrute une tonne de guérilleros, on reste seul à abattre toutes les missions voire même les voir se battre dans certains lieux ça ajouterait tellement de dynamisme en plus.