Je suis un grand fan de Fallout, je ne compte pas les heures passées sur chaque opus et ce, depuis les premiers qui étaient en vue isométrique (d’ailleurs je conseille à tous le très bon Wasteland 2 qui est le digne héritier des premiers).  Malgré ce fanboyisme non dissimulé, j’étais un peu septique sur ce Fallout 76.  La communication très vague sur ce titre n’aidait vraiment pas à me rassurer sur le chemin qu’il prenait.  Ensuite, est arrivée la B.E.T.A. sur laquelle je me suis vraiment amusé avec le pote Cazuryt.  Du coup, je me suis dit, pourquoi ne pas lui laisser sa chance!  J’ai par ailleurs préféré prendre mon temps avant de donner un avis trop hâtif et j’ai bien fait, car au final malgré sa tonne de défauts (qui je l’espère seront corrigés), vous remarquerez très vite que je prends beaucoup de plaisir à jouer sur Fallout 76 en coop avec des potes.  Comme quoi il ne faut jamais s’arrêter sur un avis prématuré.

Comme tout bon Fallout, on démarre notre aventure en sortant d’un abri atomique.  Dans Fallout 76, nous sortons de l’abris 76 pour le « célébration day ».  Dans l’idée nous somme là pour reconstruire le monde et repeupler les terres désolées.  Mais comme d’habitude, tout ne se passera pas comme prévu!  A notre sortie, l’accueil est clairement pas présent et nous nous retrouvons seul dans un monde coriace et prêt à tout pour nous tuer.  Du coup, le scénario principal vous conduira, dans un premier temps, à suivre le périple de votre superviseur en retrouvant des holobandes qu’elle a laissé dans certains lieux clés.  Ensuite on en apprendra un peu plus sur les calcinés avec des objectifs qui semblent vouloir tenter d’éradiquer la source de cette plaie mais sans grande réussite.

Mais je dois avouer que le scénario est vite devenu secondaire pour moi, suivre une histoire sur Holobande ou diverses notes trouvées ça ne m’a vraiment pas permis de me plonger dedans.  C’est d’autant plus dommageable que dans l’écriture des dialogues, dans les Fallout on a souvent eu du très bon.

 

Le gameplay reprend tout ce que l’on connaît des Fallout solo avec deux trois petites modifications, mais dans les grandes lignes, il n’y a pas grand chose qui change de notre expérience sur Fallout 4.  La première chose qui change vraiment, concerne le leveling.  Même si l’idée de base du système de carte pour nos compétences est bonne, ça devient vite lourd à bas niveau, surtout lorsqu’on n’arrive pas à avoir LA carte qu’il nous faut  pour monter une stat comme le crochetage par exemple.  Enfin, cela dit, à partir du level 50, toutes les cartes nous sont proposées à chaque passage de niveau, donc on parvient tout de même rapidement en quelques levels à faire nos builds perso.  Qui dit multijoueurs, dit arrivée du mode joueurs contre joueurs, et là ceux qui s’attendent à des grosses sessions de combats acharner contre d’autres joueurs vont être déçus.  Le pvp, pour moi est inexistant!  Fallout 76 est clairement pensé pour la coop et les développeurs ont laissé la possibilité de faire du pvp seulement si les deux joueurs le veulent.  En effet, si un joueur ne répond pas à vos tirs, vous pourrez rester 2h sur lui à tirer sans qu’il ne meure et ce même avec des armes puissantes.  Enfin cela dit, avec l’arrivée prochaine des factions cela risque peut-être de changer, mais bon perso, je ne joue pas à Fallout pour du pvp!  Une chose qui m’a plutôt rassuré, c’est qu’à notre mort, on ne perd que notre bric-à-brac, du coup si on est un minimum prudent, on ne perd jamais rien d’important.  Autre nouveauté, le système de C.A.M.P..  Dans cet épisode, on peut poser notre campement où l’on veut (hormis dans les zones déjà habitées) et y construire notre petite base, j’insiste sur le terme « petite » car le budget de notre camp est vraiment très bas, n’espérez donc pas réaliser des forteresses comme dans Fallout 4.

Le bestiaire contient la majeure partie des monstres qu’on a pu découvrir par le passé (DLC inclus) et en ajoute quelques-uns, comme la Sulfurie, énorme chauve-souris qui vous donnera du fil à retordre, surtout si vous jouez en solo, ou bien le Megaparesseux, qui lui est plus impressionnant que dangereux et d’autres que je vous laisserai découvrir.

Le seul soucis pour moi, mais qui pourrait être vite changé avec l’ajout d’évents ou l’ouverture des autres abris présents sur la carte, concerne le contenu « High Level ».  En effet, mis à part balancer des bombes nucléaires et farmer des goules luminescentes ou la rêne Sulfurie, il n’y a pas grand chose à faire une fois toutes les missions finies et une fois que l’on a tout exploré.  Enfin, cela dit, malgré le fait que je farm les zones de bombardements nucléaires, je n’ai pas encore exploré tout les lieux et j’ai encore pas mal de missions à finir.

 

   

Graphiquement, il faut rester réaliste, Bethesda n’a jamais été un exemple dans ce domaine, tout particulièrement avec la série des Elder Scroll et des Fallout où leur moteur graphique commence clairement à être techniquement à la ramasse!  Mais comme je le dis toujours, les graphismes ne font pas tout dans un jeu.  Néanmoins, là où ils se rattrapent, c’est sur le design général et la construction d’un univers cohérent et agréable à visiter.  C’est d’ailleurs grâce à ça que je continue à jouer à Fallout 76, l’envie de fouiller toutes les zones et de trouver des équipements et plans toujours meilleurs.

Côté bande sonore, on a comme d’habitude un jeu entièrement en Français avec de très bon doublages, même si les pnj « parlants » se font très rares.  Les musiques collent toujours aussi bien à l’univers de Fallout, d’ailleurs, la radio des Appalaches tourne en boucle chez moi!

En conclusion, malgré tout le bashing qu’il y a pu avoir sur Fallout 76, avec du recul et une centaines d’heures de jeux, du haut de mon levl 80+, j’ai pris et prend toujours du plaisir à jouer sur ce jeu.  Des bugs on en rencontre, c’est certain, mais à l’heure actuelle je dois dire que c’est presque la norme dans l’industrie du jeux-vidéo, il n’y a plus un titre qui sort sans patch Day One… 
A côté de ça, il ne faut pas non plus excuser le démarrage catastrophique qu’a fait Fallout 76,   En fait, ce titre est un peu comme une drogue, on sait que ce n’est pas spécialement bon, mais on y retourne car on aime ça.  Pour moi, ça a toujours été ça le but d’un jeu, l’envie d’y retourner qu’il soit ultra beau ou juste passable.

Par ailleurs, je suis plutôt heureux de voir que Bethesda fait des mises à jour assez rapidement en ajoutant ou changeant les choses que la communauté voulait, j’ai du coup un bon espoir sur le futur du titre.  Ca me rappelle un peu les avis hâtifs de Sea of Thieve, beaucoup se sont empressé de le massacrer pour son maigre contenu à sa sortie et ses quelques bugs, tout était prétexte pour le descendre comme Fallout 76, alors qu’il est pensé pour être joué sur la durée et non pour être bouclés en quelques jours!