Gears of War, certainement une des plus grosses licences de Microsoft avec Halo revient avec son cinquième épisode.  Une série bien bourrinne qui a toujours permis de bien se défouler, j’ai à chaque fois passé des dizaines voir des centaines d’heures de jeu sur le mode horde qui a toujours su me garder sur ces jeux sans vraiment me lasser.  L’arrivée de Gears 5 était du coup très attendue par la communauté de fans de cette série et bien évidement par moi également : j’espère y trouver assez de nouveautés pour me plonger à fond dans ce nouvel opus.

L’histoire de Gears 5 démarre directement après l’épisode 4, nous retrouvons du coup la même petite équipe et nous avons ici comme Héroïne principale Kait DIaz qui est toujours bien décidée à comprendre ses racines et ce qu’il lui arrive.  La trame principale se concentre principalement sur la remise en place du réseau en envoyant un satellite en orbite afin de pouvoir à nouveau utiliser le rayon de l’aube.  Durant notre périple nous croiserons pas mal de têtes connues qui viendront nous prêter mains fortes car, vous vous en doutez, le chemin est loin d’être de tout repos!  J’ai trouvé que l’histoire avait vraiment du mal à démarrer, elle devient prenante à partir de la fin du chapitre 2.  Je pense que l’idée du monde ouvert me semblait bonne et prometteuse, mais au final on se retrouve dans des étendues plutôt vide de vie.  J’ai d’ailleurs trouvé que les moments en monde ouvert cassaient vraiment le rythme et l’action du jeu, pourquoi ne pas y avoir ajouté quelques ennemis en embuscade sur notre passage!?

 

Côté gameplay, ne vous attendez pas à avoir des évolutions de folie!  On garde totalement la formule qui a longtemps fait ses preuves.  The Coalition a néanmoins décidé pour ce Gears 5 d’ajouter quelques séquences de gameplay en semi monde ouvert, mais comme je l’ai dit précédemment, je n’ai pas trouvé ces séquences très passionnantes.  D’habitude je suis toujours ravis lorsqu’un éditeur prend des risques à modifier son gameplay, mais là j’aurais préféré que l’on garde la formule des « couloirs » dirigés.  Hormis ça, on garde le même bestiaire et armement pour dégommer nos ennemis, les séquences de boss sont toujours aussi impressionnantes et hard à passer surtout si vous jouez dans une difficulté assez haute, le mode dément vous fera attraper un paquet de cheveux blancs.  La seule véritable nouveauté vient de Jack, le petit robot qui nous suit partout et qui peut être amélioré pour devenir un monstre bien puissant et c’est encore plus flagrant lorsque l’on joue en coop et que quelqu’un prend possession de ce robot, il enchaîne les kills à une vitesse hallucinante!

Le multijoueur est toujours aussi fourni, on y retrouve les classiques modes Horde et Bataille.  Pour ce Gears 5 on a droit à un nouveau mode de jeu, le mode Fuite qui démarre sur une mini cinématique où l’on voit notre personnage sortir d’une cosse et poser une bombe au coeur d’une ruche afin tuer tout ce qu’il s’y trouve avec un gaz mortel.  On devra du coup fuir le plus rapidement possible pour éviter ce gaz mortel qui envahit les galeries tout en essayant de rester en vie face aux ennemis qui se trouvent sur notre chemin.  La tâche est d’autant plus ardue que l’on démarre juste avec un petit pistolet.  J’ai plutôt bien aimé ce mode de jeu court et rapide qui offre une belle alternative au mode horde (qui restera mon mode de jeu préféré).

 

   

Graphiquement, sans surprise, Gears 5 est superbe, on voyage encore plus qu’avant avec des décors très variés et surtout bourrés de détails: on prend un réel plaisir à s’attarder sur les décors.  Les effets de lumières et de fumées ajoutent une ambiance folle lors de certaines scènes importantes et je ne vous raconte pas la tuerie que c’est sur PC, les mecs de The Coalition gèrent vraiment bien sur ce domaine.

Pour la bande sonore, on a toujours les mêmes doublages avec des doubleurs convaincants et vraiment très bons en français, par contre, je plains les malentendants qui auront besoin des sous-titres tant ils sont bourrés de bug et n’ont parfois aucun sens, j’espère qu’un patch arrivera vite pour régler ça.  Les musiques sont toujours très bonnes surtout lors des grosses phases d’action, sinon elles sont très discrètes.  Et que dire des bruitages généraux qui sont toujours aussi superbes et surtout si vous avez un bon home-cinéma, c’est une tuerie.

En conclusion, Gears 5 est vraiment bon, même si j’ai trouvé le mode histoire légèrement plus mou que les précédents opus, j’ai tout de même pris énormément de plaisir (et de rage, merci le mode dément) à faire ce jeu.  Je sens que je vais également faire de longues sessions sur le mode horde mais également sur le nouveau mode de jeu fuite qui est vraiment bien pensé lorsque l’on n’a pas envie de s’investir de trop en temps.  Du coup, je le conseille aussi bien aux fans de la série qu’aux néophytes qui y trouveront un très bon jeu d’action.