GRW_LOGO

J’ai toujours apprécié la licence des Tom Clancy’s Ghost Recon, ce nouvel opus nommé Wildlands m’a rapidement attiré même si j’étais très curieux de voir comment Ubisoft allait gérer le monde ouvert et l’approche des missions, cela change radicalement la donne par rapport à des missions bien définies sur des terrains quadrillés à l’avance.  Du coup, pour moi le monde ouvert apporte du bon et du moins bon, je vais tenté de vous l’expliquer.

Screenshot-Original (20)

L’histoire de ce Ghost Recon WIldlands prend place en Bolivie où le cartel de la drogue (la Santa Blanca) a pris possession des lieux en semant la terreur un peu partout et en endoctrinant le peuple.  C’est dans ce climat plutôt violent que vous entrez en scène avec l’opération KingSlayer qui aura pour but de faire tomber ce cartel en démarrant par les différents boss des quartiers de la Bolivie pour réduire l’influence de la Santa Blanca, on avance petite à petit pour arriver finalement à faire sortir le chef El Sueño de son trou pour en finir une bonne fois pour toute avec ce cartel.

Sur place, vous serrez aidé par les rebelles avec des compétences à débloquer grâce aux matériels que vous gagnerez lors des opérations rebelles.  Sur place, ne comptez pas avoir de l’aide de l’Unidad, la milice locale ne sera pas là pour vous aider, la plupart de ses agents étant sous l’influence de la Santa Blanca, ils seront plus là pour vous mettre des bâtons dans les roues.

Screenshot-Original (15) Screenshot-Original (14)

Screenshot-Original (23) Screenshot-Original (17) Screenshot-Original (29) Screenshot-Original (13)

Le gameplay de ce Ghost recon Wildlands a largement été simplifié par rapport aux anciens opus, monde ouvert oblige, il fallait permettre un peu plus d’aisance dans la façon dont nous nous occupons des missions.  Toutes nos missions démarre généralement par un premier repérage grâce à nos jumelles ou notre drone, ce dernier peu d’ailleurs évoluer et être équipé de matériel bien pratique comme par exemple une charge explosive.  Ensuite vient la phase d’action avec au choix une entrée brutale ou furtive, sachez toutefois que certaines missions où il faut interroger un chef de gang ou voler un véhicule vous forcerons à passer par l’infiltration.  En tout cas peut importe l’approche choisie, je me suis toujours amusé sur le jeu avec des crises de nerfs ou des fous rires lors des infiltrations un peu foireuses en coop :D .

Pour mener à bien nos missions, tout un arsenal s’offre à nous avec la possibilité d’améliorer nos armes avec des pièces récoltées un peu partout sur la carte, on engrange également de l’expérience qui nous permet d’améliorer notre Ghost aussi bien physiquement que du côté de son matos de base, d’ailleurs il faudra finir énormément de missions avant de pouvoir tout améliorer, chacun y trouvera son compte et choisira d’améliorer certaines compétences en priorité suivant son style de jeu.  Par ailleurs, le feeling des différentes armes est très bonne, aussi bien du côté des snipes que des fusils d’assauts.

La conduite est similaire à ce que l’on connaît et se rapproche très fortement de Watch Dogs 2, pas insurmontable mais pas vraiment fun à utiliser, la conduite des véhicules fait tout de même son taff pour nous emmener d’un point A à un point B, mention spéciale à l’hélicoptère qui est accompagné d’une assistance très présente elle plaira à certain pour sa facilité à se stabiliser et permettre quelques tirs de sniper, mais déplaira à d’autres qui ont l’habitude de pouvoir contrôler son véhicule comme bon lui semble.

Côté discrétion, les ennemis ont une IA binaire, je m’explique; lorsque vous êtes allongé ou accroupis, tout se passe bien ils ne vous repèrent pas, debout BIM, vous vous faites détecter en 10 secondes et ce même si vous êtes dans le noir le plus complet et à 50 mètres de votre ennemi le plus proche, c’est pour moi le seul point noir du gameplay en mode infiltration car là du coup que l’on fasse nos missions en journée ou en pleine nuit cela ne change pas grand chose.

Screenshot-Original (12) Screenshot-Original (8)

N’en déplaise à ceux qui lui ont trouvés plein de défauts, graphiquement, moi je trouve que Ghost Recon Wildlands est super beau, il offre de très beaux panoramas avec une distance d’affichage comme on en voit que trop rarement.  D’ailleurs, il nous offre un monde ouvert qui est vraiment vaste avec des régions bien différentes, on passera de la plaine désertique aux montagnes enneigée, une carte vraiment bien créée qui m’a de suite donné envie de l’explorer, ce que j’ai d’ailleurs fait avant même de me lancer dans la première missions.  En tout cas je trouve qu’Ubisoft s’améliore de plus en plus sur la cohérence et la création de ses mondes ouverts.  Techniquement, mis à part un peu de clipping le jeu tourne très bien, les textures sont propres et le monde regorge de détails en tout genre, le cycle jour nuit et la météo sont vraiment bien gérés, on retrouve des jeux de lumières qui renforcent le climat ambiant

La bande son n’est pas en reste avec des doublages en vf plutôt convaincants sans non plus être du grand jeu d’acteurs, quant aux musiques typiques du pays, elles nous mettent bien dans l’ambiance.

jeremy-paillotin-santamuerte-final2

En conclusion, j’ai trouvé Ghost Recon Wildland vraiment excellent surtout en coopération avec des potes.  Si vous cherchez un jeu sur lequel passer de longues heures avec vos potes en coop n’hésitez pas, ce jeu est du fun en barre même si parfois on aime se faire certaines missions un peu plus sérieusement.  En tout cas moi j’ai passé énormément de bon moment dessus et continue de jouer avec des potes pour me faire le 100%!  Un bon jeu qui vous occupera pour une bonne partie du printemps.