LIttle Hope est le deuxième volet de l’univers de the Dark Pictures Anthology développé par Supermassive Game et édité par Bandai Namco. Tout comme le premier volet, c’est un jeu type survival horror en film interactif. Disponible sur Playstation 4, Xbox one & PC

J’éteins les lumières, je me pose devant mon écran et je lance le jeu. J’ai déjà fait le premier, mais pas besoin de ça pour comprendre l’histoire de Little Hope, je sais plus ou moins à quel genre de jeu m’attendre. Je suis déjà dans l’ambiance, ce soir je ne joue pas seul, une petite « soirée TV » comme ils appellent le jeu en multijoueur local. Le jeu commence et nous présente quelques personnages qui, comme dans le premier épisode, vont avoir un destin funeste. Une sorte de tuto pour nous apprendre que chacun de nos choix ou non choix ont ou auront un impact à l’histoire. Puis le Narrateur intervient. L’homme mystérieux à la voix française de Morgan FREEMAN nous introduit alors sur le premier chapitre de notre histoire.

 

Nous incarnons alors cinq personnages après un accident de bus à proximité du petit village de Little Hope. Et, très rapidement, l’ambiance me fait penser au film Blair Witch. On pouvait s’y attendre en voyant la petite poupée de bois sur la couverture du livre que le Narrateur a sorti plus tôt. Ce lieu cache bien des secrets et des dangers pour vos personnages. Vos choix risquent fort de sceller leurs destins. L’histoire est prenante et on voudrait vraiment que tous nos personnages survivent à cette nuit. Pour cela, certains indices ou visions vous permettent de voir un avenir possible, souvent lors d’un choix primordial. Certains détails peuvent aussi vous aider mais ils vous aideront mieux lors de votre prochain essai car vous ne comprendrez pas tout et le jeu, bien entendu, ne vous aidera pas.

J’ai fait le jeu deux fois avec deux personnes différentes, en local et en ligne. Et alors que je connaissais grossièrement l’histoire, j’ai plus eu peur la deuxième fois, en local simplement car la personne à mes côtés était très sensible aux éléments effrayants de Little Hope. Et sincèrement, c’était encore plus prenant ainsi, quant à côté de vous sursaute ou crie votre bien-aimée en vous saisissant le bras. Même si le coté en ligne vous permet parfois de ne pas voir tout un pan de l’histoire et donc de conserver de grosses parts d’ombre. Le Local, quant à lui, partagé avec des proches ou des amis vous permet de mieux prendre à cœur les choses et de vous sentir vraiment investi concernant le sort de votre ou vos personnages jusqu’à s’en vouloir de la mort de certains, même plusieurs jours après. J’aurais dû faire ça, j’aurais dû réussir ce QTE, j’aurais dû répondre ça… Tant de petits détails qui vous feront certainement lancer le jeu encore une fois. Mais les choses pourraient être différentes cette fois. Mais que sauvons-nous dans ce cas-là ? Notre conscience afin de se dire que nous ne sommes pas responsables de tous ces morts ?

 

Little Hope est un bon film interactif. Bien entendu, il ne faut pas être allergique aux QTE. Si ni l’un ni l’autre ne vous effraient laissez Little Hope tenter sa chance pour vous faire peur. Comme un film, ce n’est pas forcément le genre de jeu que vous allez faire 10 fois d’affilée. Certains d’entre vous le verront une fois et ne voudront plus le refaire, estimant soit en avoir fait le tour, soit car l’histoire qui vous a été contée vous est maintenant personnelle. Mais vu que le jeu peut se vivre à cinq, rien ne vous empêche de payer une partie chacun comme on paie un billet de cinéma pour un film de 3 à 4h.
Et vous pourrez en plus le faire découvrir à d’autres personnes et vivre d’autres situations. De plus, en mon sens, ce genre d’expérience n’est pas à vivre seul, mais à partager.

Coté graphismes, rien à dire, c’est beau, même si parfois certaines scènes imbriquées les unes aux autres, lors de vos choix, semblent moins naturelles cela ne gêne pas le jeu.  La caméra est gérée à la manière des premiers Resident Evil et pourra vous désorienter un peu. Mais la mise en scène est soignée.

Coté son, les voix françaises sont bien et les acteurs se sont investis dans leurs rôles. J’ai eu néanmoins quelques bugs lors de mes parties : des bruitages absents, ou un passage à la version anglaise des voix sans prévenir. Rien d’alarmant car cela sera certainement très vite corrigé.

Mon seul point négatif serait la surexploitation des jump scares. Je trouve dommage qu’aussi bien dans les films ou dans les jeux d’horreur on exploite uniquement la surprise et le sursaut que cela provoque pour initier la peur chez le spectateur. De mon point de vue, cela est facile et ne représente pas l’horreur. Alors certes, ça vous surprend mais une fois passé il n’y plus de peur juste une crainte de tomber sur un autre de ces jump scares. Ce n’est alors plus le film ou le jeu qui fait peur, mais la mécanique. En mon sens, cela dessert l’histoire en générale.

 

Pour conclure, The Dark Pictures Anthology : Little Hope est, comme dit plus haut, un bon jeu, ou plutôt un bon film interactif. A faire à plusieurs et à refaire avec d’autres personnes. J’ai vraiment aimé cette expérience et je pense le refaire à nouveau une prochaine fois. D’autres personnes, d’autres choix, une autre histoire.