Premièrement je tiens à préciser que Project Spark n’est pas un jeu mais un outil de création. La Team Dakota nous offre une perle mais pas pour tout le monde malheureusement.

Avant de se lancer dans le cœur du jeu, à savoir le mode création, je vous conseille de commencer par le mode solo. Actuellement seul le premier chapitre baptisé La Quête des Champions est disponible mais d’autres arriveront par la suite. Dans cette première histoire vous avancerez dans un scénario plutôt basique, vous devrez sauver les villageois d’un avenir incertain en combattant de vilains trolls et autres créatures maléfiques. Le combat entre le bien et le mal c’est du réchauffer mais ça marche toujours bien. Vous serez aidés dans votre périple par un Spark une sorte d’esprit lumineux capable de modifier l’environnement. Vous serez invités à résoudre des énigmes pour avancer dans l’histoire, ceci vous familiarisant avec le concept des commandes When-Do. Commandes qui nous serviront à la création de nos propres niveaux de jeu. Vous aurez le choix entres plusieurs héros jouables, chaque personnage ayant des armes et attaques différentes, à vous de voir si vous préférez rester à distance et attaquer à l’arc ou foncer dans le tas en brandissant votre épée. Au fil de l’aventure vous obtiendrez de l’expérience pour faire progresser votre personnage et débloquer de nouvelles attaques. Personnellement je regrette que ce premier épisode soit trop court, une petite heure c’est vraiment juste.
Le mode Crossroads est un mix entre l’aventure solo et la création, vous choisissez tout d’abord le terrain par exemple : montagnes, rivières ou canyons puis le style graphique c’est-à-dire forêts ou glaciers, etc… Après avoir choisi votre héros et le lieu où commence l’histoire vous serez plongés dans le jeu . Vous allez décider du scénario au fur et à mesure de votre partie, vous déciderez de tout même des dialogues. Les points d’expérience gagnés en mode Crossroads s’ajoutent à ceux remportés en mode Quête.

 

Le mode création étant l’intérêt principal du jeu, je vais m’y attaquer même si j’avoue avoir été totalement perdue dans cette partie. Si vous avez toujours rêver de créer votre propre jeu vidéo Project Spark est fait pour vous ! Ou pas… sauf si vous avez de bonnes bases en programmation. Certes c’est un outil de création extrêmement complet mais aussi terriblement complexe.

Rassurez-vous plusieurs tutoriels sont à votre disposition pour vous aider à maîtriser l’outil, mais j’ai bien peur que ce ne soit pas suffisant pour tout le monde. La Team Dakota a vraiment essayer de nous guider au mieux. C’est calme et ludique même si tout ça reste très compliqué à mémoriser tellement les possibilités sont grandes. Apprendre avec la voix française de Morgan Freeman reste malgré tout très agréable. Mais malheureusement une fois les didacticiels terminés quand on se retrouve seul face à son niveau on se rend vite compte que les leçons sont très vites oubliées.

Vous commencez à partir de rien, vous devrez d’abord donner forme à votre univers en créant des montagnes, des rivières ou tout ce qui vous passe par la tête car dans Project Spark tout est possible. Une fois le terrain formé vous y apposerez des textures pour rendre votre décor plus vivant et coloré. J’en viens maintenant à la partie la plus compliquée du mode création, la programmation, alors là j’ai envie de vous dire bon courage ! Chaque objet ou personnage possède un cerveau que vous devrez programmer afin qu’il accomplisse les tâches voulues. En fait, toutes les actions et réactions des objets, sont commandées par des lignes de code que vous pouvez créer via un système de « When » et de « Do ». Par exemple pour permettre à votre héros de se déplacer vous devrez tout d’abord assigner une touche de la manette au When en l’occurrence le «  stick gauche «  puis assigner une action au Do ici ce sera donc «  déplacer le personnage « . C’est un exemple très simple mais je vous assure que les lignes de code peuvent amener à un nombre incalculable de variables et du coup devenir très complexes. Vous aurez donc la possibilité de gérer les caméras, des objectifs de missions, les sons, les interactions avec les autres personnages autant vous dire qu’il vous faudra de nombreuses heures de jeu avant de réussir à manipuler correctement l’outil mis à votre disposition.

 

   

La communauté joue un rôle très important dans Project Spark car c’est elle qui fait vivre le jeu, on y trouve toutes sortes de créations, du RPG au FPS mais également beaucoup de petits jeux d’arcade et j’en passe . Celles-ci sont classées par notation, la communauté évaluant elle même son contenu après chaque niveau joué. Elles sont également classées par genre, on peut trouver ce que l’on souhaite en utilisant des mots clés. Le contenu est varié mais dans l’ensemble assez simple même si comme dit plus haut chaque action même simple  peut devenir un vrai casse tête quand vous devez gérer toutes ses actions entres elles. Si vous pensez pouvoir faire mieux alors l’option remix est disponible afin de modifier le niveau vous même. Mais attention vous ne pourrez y avoir accès seulement si vous possédez tout le contenu utilisé par le créateur. Vous pourrez acheter ce contenu soit avec la monnaie du jeu gagnée en jouant, dans ce cas  soyez patient car cela peut être très long avant de récolter la somme nécessaire. Ou alors vous optez pour la méthode la plus rapide avec de l’argent réel. Je regrette que le système d’achat soit trop présent et qu’on aie la sensation de devoir débourser de l’argent pour ne pas être limité. La durée de vie est juste énorme sachant que votre imagination est la seule limite au jeu et si comme moi vous n’êtes pas assez patient pour créer vous-même des jeux intéressants vous pourrez vous amuser durant des heures à explorer ceux de la communauté.

Pour résumé Project Spark est un jeu atypique qui propose une expérience unique. Mais qui aura vraiment du mal à trouver son public vu sa complexité. Je vous conseille toutefois de le tester pour vous faire votre propre avis, d’autant plus qu’il est proposé gratuitement donc même si ce n’est pas votre tasse de thé vous n’aurez de toute façon pas perdu 1 centime même si le jeu ne vous plaît pas. La Team Dakota nous apporte un peu de fraîcheur et d’originalité signant ainsi une belle exclusivité pour Microsoft.