Strike suit Zero Director’s cut est un jeu développé par le studio Born Ready Games. Initialement sortie en 2013 sur PC, puis sur consoles de salon en 2014, ce jeu s’est finalement retrouvé en 2019 sur Nintendo Switch.

Et croyez-le ou non mais je n’avais jamais eu l’occasion de tester ce jeux depuis tout ce temps. J’en avais entendu parler, j’avais vu des images et j’étais aguiché, mais de jeux en manettes, je n’avais pas eu cette chance. Mais aucun regret ! Quel plaisir de découvrir ce titre sur Switch et pouvoir emporter partout ce petit bijou. Je suis quelqu’un d’assez RP, c’est à dire que j’aime m’imaginer dans un rôle et le jouer à fond, et piloter des vaisseaux dans l’espace, depuis Starfox sur 64, ce fut toujours un de mes plus grands plaisirs !

 

Strike suit Zero, vous plonge dans un univers en guerre entre L’United Nation of Earth (UNE) et les colonies indépendantistes, dans la peau de Addams pilote de l’UNE à bord d’un appareil de combat APEX. Vous êtes alors affectés à la 17ème plateforme de défense orbitale en compagnie de votre chef d’escadrille Reynolds.

Vous voilà alors assis au fond de votre siège, après quelques déboires qui vous ont valu une jolie petite sanction disciplinaire. Un joli petit billet pour une évaluation à proximité d’une plateforme de défense. vous allez devoir apprendre à nouveau les bases du pilotage, entre missions d’escortes et de nettoyages, ne cachez pas votre joie voyons !

 

Mais comme les bonnes nouvelles n’arrivent jamais seules, quelques coloniaux vous attaquent et votre riposte ne se fait pas attendre. Vous prenez la cible la plus proche en chasse, jouant sur vos boosters pour vous aligner correctement jusqu’à ce que l’ennemi soit à portée de vos canons plasma. Vous faites feu, les boucliers adverses tombent et la salve de missiles que vous lancez après lui donne le coup final. Vos commandes trembles et vos détecteurs s’excitent, vous subissez des tirs alors que vous sortez des débris de votre adversaire. Vous virer de bord pour éviter les tirs, mais le missile lui vous suit à la trace. Vous déclenchez alors votre EMP in extremis pour éviter de lourds dégâts. Vous prenez en chasse votre nouvelle cible vous faites tomber à nouveau ses boucliers et Reynold arrive et détruit votre cible. Avec un joli travail d’équipe, que vous avez principalement mené seul, vous repoussez les coloniaux. Fort de vos nouveaux exploits, vous êtes affectés à une nouvelle mission avec Reynold, escorter le Proteus jusqu’à un centre de recherche. Là-bas vous serez affectés à un tout nouveau type de chasseur, le Strike. Un vaisseau capable de se transformer en robot avec un système de visée dernier cri et une capacité de destruction augmentée. Et vu les combats dantesques qui suivront un peu de puissance n’est pas de refus.

   

   

Strike suit Zero, s’apparente à un shoot them up en 3D. La première chose que vous verrez c’est que visuellement c’est beau, de belles couleurs. Les vaisseaux laissent des petites traînées de couleurs en fonction de la faction.
La deuxième chose qui va vous frapper, c’est la difficulté de s’orienter dans l’espace : vu qu’il est possible de tourner sur tous les axes et que dans l’espace il n’y a pas vraiment de notion de haut ou de bas, il faut un bon moment d’adaptation pour bien prendre en main la direction, on regrette de ne pas pouvoir utiliser le gyroscope de la switch pour aider sur la visée. Il ne faut pas hésiter de switch en mode Strike pour utiliser la visée automatique et permettre des virages très très serrés, pour repasser ensuite en mode vaisseau et foncer sur les adversaires.

Sinon à part cela c’est assez jouissif, les combats sont impressionnants et il y a parfois trop de choses à l’écran. Je n’ai pas eu de ralentissement ou du moins pas abusif.

J’aime surtout la vue interne au cockpit, où on peut choisir de laisser apparaître ce dernier ou d’avoir une vue à la première personne avec uniquement le HUD.

On aime la bande son, aux inspirations japonaises. Le genre à vous donner envie de vous immerger complètement, installés dans votre lit, un casque sur les oreilles : on se sentirait presque dans le cockpit de notre Strike.

Ce jeu plaira aux fans de combats spatiaux ou de Mecha. Les commandes sont un peu dures à prendre en mains mais une fois le cap passé c’est un réel plaisir. On en prend plein les yeux et parfois même un peu trop.
6 ans après sa première sortie, ce jeu est à découvrir pour ceux qui, comme moi, seraient passés à côté ou à redécouvrir car en plus des 13 missions de base cette édition director’s cut ajoute 5 nouvelles missions qui mettront vos capacités de pilotes à rude épreuve.
Une petite perle pour votre Nintendo switch.