Une fois les lourdes portes du temple passées, la lumière se tamise, l’obscurité et le froid prennent place, le bruit de nos armure résonnent en ces murs. J’avance lentement dans ces couloirs, quand sort de l’ombre un être répugnant, la peau ternie par des années sans lumière, ses haillons en lambeau et une lenteur que seule la mort parvient à surpasser, laissant traîner à sa suite une lame effritée et rouillée. Cette créature a certainement été jetée ici pour ses pensées ou ses actes hérétiques, je ne laisserai pas cet être souillé ma vision plus longtemps. Tu es poussière désormais. Je m’enfonce plus loin et je rencontre l’horreur, une impureté, enfant difforme d’une fausse divinité.  Cette infamie, recroquevillée a la peau des cendres, on devine sa carcasse directement sous son cuir. Mais en même temps qu’est ce que pourrait bien manger cette créature haute comme dix hommes en ce lieu ? Je suis Templière, ma foi est mon arme, elle illumine de son scintillant ma voie et tranche ses opposants par la volonté de mon Dieu. J’occis cette ignominie, pour la gloire de notre croisade ! Tu es poussière désormais…

Plus loin était-ce un homme, une femme?!  Qui d’un coup me fit passer de vis à trépas?  Avant d’atterrir ici, ce “refuge” accueillis par ce chat noir a ma gauche.  Mais pourtant je suis vivante.  Est ce le fait que j’ai voué mon âme a cette juste cause, qui m’as valu de revivre ici.  Même si ce “refuge” est peuplé par bon nombre d’impur, je me retrouve seule.  Séparée de mes frère et soeurs, ainsi que de mes biens.  Mais je ne perds pas de vue notre objectif et ma foi est intacte, même armée de mes seuls poings je vaincrai les ennemis de ce donjon.

 

Je m’enfonçais, de plus en plus loin, surpris par les pièges ou les créatures qu’enfantait ce lieu de perdition.  Priant à mes divinités avec toute ma foi pour qu’elles m’apportent un peu d’aide dans cette tâche.  Mais ma volonté ne fut pas suffisante et ces viles créatures m’éviscérèrent…  De retour au refuge des impurs, j’entrepris de chercher de l’aide, l’acier étant plus dur que mes os. Je rencontrais, Bones, le forgerons et quelques autres figures dont l’un me donna une quête en promesse d’objets utiles.

Il y avait aussi cette stèle aux lueurs violacées auquel je pouvais offrir des fragments violet récupéré sur les monstres. Je me sentais bénie par ces offrandes et prête à m’enfoncer toujours plus loin dans ces couloirs.

J’ai parcouru mainte fois ces couloirs, affronté de nombreuses fois ses êtres, je suis descendue profondément dans ces sous sols.  J’ai rencontré des entités cauchemardesques, difforme, aux pouvoirs surnaturels.  Mais celle dont vous devriez vous méfier le plus, c’est ce maudit petit corbeau rouge…
J’approche de la vérité.

Dark Devotion est développé par le groupe indé français “The Arcade Crew”.  C’est un jeu 2D assez sombre, dans un univers dark fantasy.

L’univers est donc très proche de celui d’un Dark Souls avec une mécanique de jeu très métroidvania. Des inspirations très bien choisies pour un rendu satisfaisant.
La difficulté est au rendez-vous, mais l’acharnement est vite récompensé, que dis je votre dévotion à ce jeu est récompensé!  N’oubliez pas la petite stèle violette, à gauche du spawn.

La bande son est sobre et reste plutôt en arrière plan, mais se marie très bien avec l’ambiance du jeu. Les bruitages sont donc plus en avant et sont du plus bel effet.

L’environnement est parfois extrêmement sombre, ce qui est parfois gênant, et on hésite facilement au début a prendre une torche plutôt qu’un bouclier ou un livre de sorts.  Les patterns des monstres et des boss sont facilement identifiable et l’approche de ces derniers en devient de plus en plus simple avec le temps. Je suis très vite passé de la souffrance au réel plaisir et j’ai enchainé les heures de jeu ensuite.

Mais le jeu est visuellement beau, l’action est toujours claire et lisible, ce qui est important. Il n’y a pas de frustration, car l’échec est généralement dû à une mauvaise lecture des mouvements de son adversaire.  Un mauvais move, ou après avoir trop tiré sur l’endurance.

 

Il faut prendre soin du choix de ces équipements.  Même si l’interface est simple et limitée, il y a de quoi faire.  Entre les armes, les boucliers, les livres, les armures, les accessoires, les consommables et les runes.  Il y a vraiment tout un arsenal de choix pour vous équiper.

Le loot des ennemis et des élites, qui sont les même légèrement plus grand, plus résistant et doré, ainsi que celui des coffres sont toujours les bienvenus et leur chance d’apparition est équilibrée de mon point de vue.  Il existe aussi des loot non aléatoire, qui permette d’avoir des équipement “sûr” pour passer certaines zones.

La foi est un élément important, sans trop l’être, on peut s’en passer pour avancer, mais il permet d’ouvrir des portes, de se soignés ou d’obtenir des bénédictions mais aussi de perdre des malédictions.  Mais lorsqu’il faut l’utiliser contre un boss, là c’est autre chose.   Mon conseil, c’est de prendre son temps.  Apprendre les paterns des boss, calmement tenter des approches, cancel une attaque par une esquive, mourir et réessayer.

Ce jeu a pour moi les qualités pour intéresser fortement les speedrunners chevronnés!

Pour finir, Dark Devotion n’est pas un bon jeu, c’est un excellent jeu!  Bien pensé, bien équilibré.  Ou on vous balance comme ça dans la jungle sans vous prendre par la main…  Et on apprend, on souffre beaucoup au début, mais qu’est ce qu’on finit par l’aimer ce jeu…
Et je ne peux que confirmer ce que les devs annonce sur leur site “The Arcade Crew is dedicated to produce and publish awesome indie games with a retro feel from small creative teams.

C’est du beau boulot!  J’en veux encore!  Est-ce que je vous recommande ce jeu?  
Clairement oui!