Rare sont les éditeurs qui proposent un jeu avec un univers steampunk.  Ces derniers temps, mis à part Bioshock on ne peut pas dire qu’on est submergé avec ce genre.  Je suis agréablement surpris en voyant le trailer de Dishonored, le monde présent me rappelle d’ailleurs fortement celui de Lady Mechanika (un petit lien pour ceux qui ne connaîtrait pas le comics Lady Mechanika).  Une chose est certaine je trépigne d’impatience de voir ce jeu sortir et je ne peux que faire confiance à Bethesda pour nous fournir un jeu de qualité comme ils ont l’habitude de le faire.

L’histoire du jeu est elle aussi alléchante:

Dishonored vous permet d’incarner un assassin aux pouvoirs surnaturels mû par la vengeance. Vous avez été le fidèle garde du corps de l’Impératrice. Accusé à tort de son meurtre, vous êtes devenu un assassin tristement célèbre dont on ne connaît que le masque inquiétant. Alors que la ville est frappée par une terrible épidémie de peste et ploie sous le joug d’un gouvernement oppressif armé de technologies étranges, des forces obscures massées dans l’ombre s’apprêtent à vous conférer des aptitudes surhumaines.

Dishonored