agents-of-mayhem-badge-01-ps4-eu-07apr17

Avec Agents of MayhemDeep Silver Volition essaie de se renouveler et de changer de style de jeu tout en gardant la base qui a fait le bonheur de Saints Row: son côté ultra déjanté et décomplexé, accompagné de ses jeux de couleurs très flashy et cartoonesques.  Une chose est certaine, la tâche ne sera pas aisée de détrôner un tel monstre qu’est Saints Row, mais cela n’est jamais mauvais de mon point de vue d’oser sortir une nouvelle licence là où beaucoup restent à camper sur leurs licences fortes.

Agents screen_10 Agents screen_03

Bienvenu dans un Seoul futuriste où vous dirigez une troupe d’agents qui auront fort à faire pour traquer le docteur Babylon, le big boss de Legion.  Une faction qui cherche à conquérir le monde et par la même occasion nous éliminer sur son passage.  Tout au long de notre périple pour éliminer les sbires de Legion, nous pourrons recruter plusieurs agents qui viendront renforcer notre équipe avec leurs talents.  Chacun des douze agents disponibles sont vraiment différents, aussi bien dans leur gameplay que dans leur histoire.  Ils ont tous un style bien à eux et vous aurez vite fait de choisir votre équipe favorite pour accomplir vos missions aussi bien à cause de leurs styles de combats que de leurs personnalités.  En plus de l’histoire principale, on a un grand nombre de missions secondaires et d’activités annexes éparpillées sur la carte, soyons honnêtes elles ne sont pas bien folles mais peuvent vous divertir un court instant.

Tout au long du scénario on aura des cinématiques plutôt classes qui rappellent les dessins animés américains, c’est du plus bel effet et ça change des cinématiques en 3D classiques.

Agents screen_11 Agents screen_07

Agents screen_12 Agents screen_08 Agents screen_06 Agents screen_09

Le gameplay est réellement bon et se prend très facilement en main, de ce côté je n’ai rien à dire.  Le double, non que dis-je, le triple saut qui est légèrement différent d’un personnage à l’autre vous sortira de pas mal de situations et vous permettra de passer les phases de plateforme assez aisément.  Les phases de shooting sont vraiment efficaces dans Agent of Mayhem, tout est très speed, si vous avez joué à Saints Row, vous ne serez pas trop dépaysés car ici aussi on n’y va pas de mains mortes.  Tout explose et on passe d’un personnage à l’autre pour éradiquer tout nos ennemis en un clin d’oeil.

Bon, il y a bien une tâche noire sur ce joli tableau.  La conduite, elle n’est vraiment pas bonne, mais cela n’a jamais été le point fort du studio.  On a l’impression d’être aux commandes de petites savonnettes du futur.  Bon cela dit, je vous avoue que je n’ai pas souvent eu recours à l’utilisation des voitures, car malgré leurs designs plus que réussis la carte n’est pas trop grande et se parcourt rapidement à pied en sautant de toits en toits.  En plus, cela permet de récolter les quelques collectibles disséminés un peu partout sur la map.

Là où Agents of Mayhem se démarque des autres TPS du même style, c’est sur sa gestion d’équipe.  En effet, on devra se créer une petite équipe parmi douze agents disponibles.  Chaque agent a un rôle bien défini, certains seront mortels à distance tandis que d’autre seront de véritables machines de guerre au corps à corps.  Sur le long terme, on peut également débloquer pas mal d’atouts qui changeront quelque peu leurs attaques spéciales en les rendant bien plus efficaces.  De plus il faudra savoir être un minimum prudent surtout dans les difficultés les plus élevées, car malgré son côté ultra bourrin, le jeu ne vous pardonnera pas en cas d’échec.  En effet, si un de vos personnages de votre équipe de trois Héros vient à tomber, sachez qu’il restera inactif jusqu’à la fin de cette mission.  Faites surtout attention lors des combats de boss, certains ne sont clairement pas là pour rigoler, il faudra être attentif et jouer avec l’environnement.

Agents screen_04 Agents screen_05

Graphiquement, Agents of Mayhem est plutôt joli.  Le jeu est très coloré avec un cell shading du plus bel effet pour un rendu très cartoon que j’adore.  Je n’ai pas noté d’alliasing trop présent.  La distance d’affichage est très bonne et le jeu ne souffre pas de ralentissements qui pourraient être très handicapants surtout dans un titre qui se veut ultra speed.  Mais il y a un réel défaut, j’ai trouvé que les intérieurs se ressemblaient tous bien trop.  On a pratiquement toujours le même type d’architecture très générique, c’est d’ailleurs le gros point noir du jeu, cette impression de se retrouver toujours au même endroit à faire le même objectif.

Entièrement en vostfr avec des voix superbes avec leurs accents ultra prononcés et ridicules au possible.  Seul bémol, les sous-titres sont petits, si vous avez détesté ceux de GTA V vous n’aimerez pas ceux-ci.  La B-O, bien que discrète, offre de belles musiques qui nous mettent dans l’ambiance.

Agents screen_02

En conclusion, Agent of Mayhem m’a agréablement surpris, je n’en attendais rien et il a su me donner satisfaction dans bien des domaines.  Un jeu bourré d’humour comme seul Voliton sait le faire.  De l’action non-stop et un casting de rêve font de ce titre un jeu très plaisant et qui en plus offre une assez bonne durée de vie.

Ma seule réelle déception pour ce jeu serait du fait qu’il n’y ait pas de mode coopération.  Si il y a bien un truc que j’avais adoré par le passé dans les productions de Voliton, c’est le fun entre potes sur les Saints Row.  Ici dans Agents of Mayhem, je ne peux qu’imaginer le bonheur que cela aurait pu être.  Quoi qu’il en soit, cela n’en fait pas un mauvais jeu, loin de là.