logo

Vampyr, un petit jeu qui est resté très discret et qui malgré tout a vite attiré mon regard avec quelques trailers.  Il m’a vite rappelé mes longues heures de jeu sur Vampire : The Masquerade, et je dois dire que j’avais adoré ce jeu qui mériterais une suite.  Du coup, à défaut de voir cette suite débarquer, je me suis dit que ce Vampyr pourrait combler ce manque.

vampyr-12-1920x1080 Vampyr-10

L’histoire prend place dans un Londres qui se reconstruit après la première guerre mondiale, nous y incarnons le docteur Jonathan Reid qui se réveille assoiffé de sang sur une pile de cadavre.  Sa soif le poussera à mordre sa propre soeur et c’est là que le drame, pour lui, commence.  En plus d’avoir tuer sa soeur, il se retrouve avec la garde de Priwen à ses trousses.  Sa fuite l’emmènera sur les docks où il rencontrera le Docteur Swansea qui lui proposera très vite de rejoindre son hôpital.  Cette rencontre sera fort utile à Jonathan car ce dernier pourra l’aider dans sa quête de vérité sur ce qu’il est devenu.  La route pour comprendre pourquoi il est devenu vampire et surtout qui l’a transformé sera longue.

vampyr-14-hd

Vampyr-17-2060x1159 vampyr-11.0 Vampyr Preview 03 Vampyr_20180525225601

Le gameplay de Vampyr est dans son ensemble plutôt bon.  Dans un premier temps nous avons des longues phases d’enquêtes avec des dialogues ma foi bien écris qui nous permettent de mieux connaître notre entourage et surtout de comprendre ce qu’il nous arrive mais également découvrir ce qu’il se passe dans cette ville qui se meurt à petit feu.  Certaines personnes trouveront certainement ces phases de dialogues et d’enquêtes un peu trop présentes et trop longues, personnellement j’ai plutôt bien aimé, il faut dire que l’époque et le thème du jeu jouait pour beaucoup sinon je pense que j’aurais vite décroché.

Concernant les phases de combats, elles ne sont pas les plus inspirées du jeu vidéo, elles sont même un peu molles à vrai dire.  Tout se joue sur l’esquive et notre capacité à gérer notre endurance pour mieux contre-attaquer, un peu comme dans un Dark Souls, la difficulté en moins.  Car oui Vampyr est loin d’être un jeu difficile, hormis vos premiers combats et premier boss, le reste du jeu devient vite facile.  Pire si vous commencez à vous nourrir de tous les habitants de Londres, vous deviendrez vite sur-puissant et roulerai sur le moindre monstre que vous croiserez!  Du coup c’est clairement à vous de gérer la difficulté selon vos envies.  Vous voulez un mode Hardcore, ne tuez personne.  Par contre si vous décidez de vous nourrir des habitants, n’oubliez pas de les aider dans leurs différents objectifs et de leur donner les soins nécessaires pour leur rétablissement si ils sont malades; cela aura pour effet d’augmenter la qualité du sang et ainsi d’emmagasiner plus d’xp lorsque vous le croquerez.  D’ailleurs, l’arbre de compétence est bourré de pouvoirs plus puissants les uns que les autres surtout les pouvoirs ultimes qui peuvent même one shot un boss suivant la résistance qu’il a.  Un conseil, au début boostez surtout votre endurance et votre vie avant d’investir dans des gros pouvoirs.  On a également la possibilité de cafter des soins et d’améliorer les différentes armes que l’on trouve tout au long de notre aventure.

ss_d9d16bd7e840fe4995c8dc12121144ae2fa5756e.1920x1080 Vampyr_06

Graphiquement, qu’on se le dise de suite, Vampyr est très loin de ce qui se fait de mieux en ce moment.  Les textures sont fades et un peu baveuses par moment, les jeux de lumières sont clairement datés, et qu’on ne me dise pas que c’est parce que l’on joue la nuit!  On peut très bien nous faire de superbes reflets de la lune et des différents luminaires sur le décor.  Le jeu est également affublé de chargements vraiment trop longs et surtout omniprésents, je ne sais pas si c’est mon Xbox qui commence à s’essouffler, mais parfois j’en avais deux voir trois qui se suivaient à quelques minutes d’intervalle sans même avoir besoin de changer de zone.  Franchement autant pour le côté technique je peux laisser passer car le level design est bon, mais les chargements je ne peux clairement pas laisser passer, ça te plombe l’immersion.

Cela dit, le design général d’après guerre est superbement rendu, on a un petit côté lovecraftient pas dégeu du tout qui renforce cette ambiance pesante et sombre qui plane dans les ruelles.

Côté bande son, les musiques sont plutôt bien choisies et l’ambiance sonore générale est vraiment bonne.  On pourrait très certainement regretter de ne pas avoir de vf pour un jeu venant d’un studio Français, mais les voix anglaises accompagnées d’un subtil accent so british sont justes un régal.

vampyr-3638172

En conclusion,  je reste un peu sur ma faim, J’en attendais peut-être trop de ce Vampyr, je m’attendais à une suite spirituelle à Vampire : The Masquerade.  Malgré tout, j’ai pris énormément de plaisir à parcourir les ruelles sombres de Londres et en apprendre un peu plus sur l’histoire des différents clans de vampires qui menacent cette ville.  Mais surtout suivre l’histoire de Jonathan qui ne comprend vraiment pas ce qu’il lui arrive, c’est un régal!  Un jeu que je vous conseille si vous le trouvez à un petit prix car il est vraiment sympa à faire.