Même si cela date, je garde un bon souvenir du premier Rage qui est sorti en 2011.  Ce n’était pas la claque du siècle, mais il avait réussit à capter mon attention.  Vous vous doutez bien que lorsque l’on a apprécié un jeu il y a pas mal d’années, voir une suite débarquer titille vite la curiosité.  C’est donc avec un intérêt modéré que j’attendais ce Rage 2!  J’avais adoré le premier mais le côté coloré et déjanté qui en soit n’est pas déplaisant.  J’adore ce style mais il me laisse perplexe par rapport à l’univers que j’avais connu dans le premier opus.  Je me suis tout de même plongé dans cette suite avec joie et l’ai apprécié à sa juste valeur.

Le scénario de Rage 2 prend place trente ans après l’histoire du premier opus.  On est toujours sur une terre dévastée par une chute de météorites où seule une faible partie de la population a survécu et du coup cela laisse place à un monde post-apocalyptique déjanté et très coloré fort proche d’un Borderlands sur ce coup.  Les quelques survivants ont créé des clans qui ne sont clairement pas là pour taper la causette mais plutôt pour tuer et massacrer tout sur leur route.  Une figure faisant office d’autorité se nommant Martin Cross tente de diriger d’une main de fer ce vaste monde avec ses troupes de militaires et ainsi prendre possession de toutes les ressources.  Je vous laisse donc imaginer le joli bordel qu’il se passe un peu partout lorsque les différentes factions se mettent sur la tronche.  On est rapidement promu Ranger Texas Walker pour tenter de remettre de l’ordre dans ce monde dévasté à coup de bastos.  Par contre, j’ai trouvé ce Rage 2 vraiment trop court, une bonne quinzaine d’heures de jeu pour boucler le scénario tout en traînant sur un grand nombre d’objectifs secondaires qui se trouvaient sur ma route.

 

   

Le gameplay de Rage 2 a pas mal changé par rapport à ce que je me souviens du premier opus.  Ici point de discrétion, pas la peine de se cacher non plus, sortez avec votre arme préférée parmi un large panel de choix comme le bon vieux fusil à pompe, l’hypercannon voire même pour les fans de Michael Bay, le bon vieux lance-roquettes qui offrira de jolis effets pyrotechniques, ou alors vous pouvez simplement sortir vos petits gadgets comme les boomerangs ou les grenades.  Chaque arme a un mode de tir spécial lorsque l’on passe en mode « Overdrive », les rendant encore plus puissantes.  En parlant de ça, notre armure qui rappelle fortement celle de Crysis nous offre un joli panel de pouvoirs spéciaux comme le simple dash, l’écrasement qui permet de créer une puissante onde de choc lors d’un saut ou alors mon petit préféré la « destruction » qui crée une puissante explosion cinétique permettant au choix de tuer des ennemis faibles ou de simplement détruire l’armure des adversaires un peu trop équipés.  Franchement, on a de quoi s’amuser sur ces terres désolées, par contre, pour moi, là où le bas blesse, c’est au niveau des objectifs secondaires qui, je trouve, ne sont pas vraiment intéressant.  Ils consistent juste en des nettoyages de zones pour reprendre des points de contrôle à l’ennemi, pour un jeu purement solo j’aurais aimé un truc un peu plus scénarisé, mais, mettez moi ça en coop et je retourne le jeu dans tout les sens 😉 .  Côté véhicules, on est pas en reste, dès le début nous recevons le Phénix, un véhicule armé pouvant être amélioré avec un armement ultra puissant, mais, un peu comme dans le jeu Mad Max, nous pouvons ramener les véhicules trouvés un peu partout sur la map et ainsi les stocker dans notre garage pour les utiliser plus tard, en tout une bonne dizaine de voitures et motos seront de la partie.  Par ailleurs, avec votre Phénix, vous pourrez vous essayer à l’attaque de convois qui traînent un peu partout sur la map.  Ces convois sont lourdement protégés et vous donneront du fil à retordre si vous y aller avec un véhicule non amélioré.

 

Graphiquement, il est clair que Rage 2 est loin des standards actuels, le jeu a techniquement pas mal de retard et souffre d’un flou omniprésent et de pas mal de textures légèrement baveuses, on sent que le moteur Apex commence à avoir du mal à suivre.  Cela dit, l’univers en lui même est excellent et vraiment plaisant à parcourir avec notre véhicule déglingué à la Mad Max mais sur-armé.  Les différents biomes sont bourrés de détails et la map regorge de petits easter egg plutôt bien cachés qui vous demandera de fouiller chaque zone si le coeur vous en dit.

Côté bande sonore on est plutôt bien servi avec des musiques discrètes mais bien péchues suivant le rythme du combat, ce n’est pas DOOM mais l’idée est là.  Quant à la VF, je l’ai trouvé bonne et amusante à souhait, il y a un bon nombre de références et de gags dans les dialogues, on est vraiment à milles lieues des jeux ultra sérieux.  Le son des armes et explosions est plus que convaincant et éveille nos sens en plein combat, par contre pour ce qui est des véhicules j’ai trouvé que ça manquait légèrement de puissance (ils sont où les gros V10?).

En conclusion, j’ai comme un arrière goût de manque, c’est difficile à expliquer car le jeu est clairement loin d’être mauvais, je m’attendais peut-être à beaucoup plus ou alors mes souvenirs du premier Rage sont différents de ce que le jeu était réellement, il faudrait que je me le refasse.  En tout cas une chose est certaine, Rage 2 ravira tous les joueurs recherchant un FPS bien bourrin et déjanté qui assume son côté série B sans aucun complexe!  Je pense par ailleurs que ce jeu aurait vraiment mérité un mode coop.