Après un Far Cry 3 des plus réussis, sur lequel j’ai passé un bon paquet d’heures et surtout avec lequel j’ai pris énormément de plaisirs à jouer, j’étais impatient de voir cette suite.  Malgré tout, après les quelques couacs qu’Ubisoft a eu ces derniers temps, j’étais un peu sur mes gardes tout en ayant beaucoup d’espoir pour ce Far Cry 4.   Autant le dire de suite, je n’ai pas du tout été déçu de ce titre, c’est la digne suite de son aîné!

 

Dès le début, après une brève présentation du grand méchant de ce Far Cry 4, histoire de nous montrer qui est le patron ici, on est de suite plongé tel un film de Michael Bay dans l’action pour s’enfuir de son temple dans une course poursuite en 4×4, avec en prime une musique locale histoire d’encore mieux nous plonger dans l’ambiance.  Une introduction qui fait clairement son effet et en plus elle nous permet de voir la beauté du décor assez rapidement, l’intro n’est certes pas aussi bien mise en scène que celle du Troisième opus avec Vaas, mais il faut dire que dans ce dernier, le personnage était tellement charismatique et taré qu’il était difficile de faire mieux.

Bien malgré lui, le héros ou plutôt « le touriste » que nous incarnons est plongé au milieu d’une guerre civile.  Tout au long de notre périple pour apporter les cendres de notre défunte mère à Kyrat nous rencontrerons quelques personnages bien atypiques, et il faudra faire quelques choix moraux qui nous amèneront à une fin précise.  Bon les choix sont assez simpliste et n’influence pas non plus énormément votre histoire (on n’est pas dans un Mass Effect!) mais ils sont appréciables.  Une histoire de rébellion et de vengeance va démarrer pour libérer le Kyrat de sa dictature, certes c’est un peu bateau mais ça marche et c’est un bon prétexte pour partir au combat.

   

Le gameplay est toujours aussi bon, on est directement plongé dans l’action avec sa prise en main immédiate.  On retrouve un large éventail d’armes à débloquer allant du simple pistolet à la sulfateuse en passant par le lance-flamme, de quoi en découdre avec les ennemis.  Comme dans le précédent Far Cry, notre personnage évolue au fil du temps avec deux arbres de compétences, il y a des capacités plus axées actions ou infiltrations, mais au final pas d’inquiétude, vous pourrez tout débloquer.  Le crafting est toujours présent et il est toujours aussi abusé dans le sens comique du terme, vous voulez un nouveau portefeuille?  Ok, allez dépecez 3 rhinocéros et prenez leurs peaux, il faut bien ça pour un malheureux portefeuille non? :p

Petite nouveauté par rapport au troisième opus, la grimpette, on pourra en effet pratiquer de l’escalade, par contre cette fonction n’est valable que sur certains endroits bien défini, cela n’empêche pas que c’est toujours agréable de monter au sommet de l’Himalaya pour ensuite descendre en wingswit, de belles sensations en vue!

Seul point noir de Far Cry 4, j’avoue avoir été un peu déçu du mode coopération, on est loin des missions spéciales (certes en petit nombre) du Far Cry 3.  Ici on se retrouve dans un grand mode bac à sable où l’on pourra juste s’amuser à faire les missions secondaires et les attaques de fort que l’hôte de la partie aura en stock.  Cela reste tout de même assez fun, mais cela manque cruellement de réels buts, d’autant plus que l’avancement fait dans la partie de votre ami n’aura aucun impact dans la vôtre, vous ne garderez que l’argent, butins et xp gagnés, ni plus ni moins.

Ce n’est pas non plus avec le mode multijoueur que je prolongerai la durée de vie du titre.  Certes il a déjà une très bonne durée de vie, mais j’aurais aimé que les développeurs se concentrent peut-être plus sur le solo ou nous pondent quelques vrais missions spécifiques au mode coop que de nous mettre une coop et un multi proche du néant.

   

Graphiquement, Far Cry 4 est superbe, rien à redire, on a le même effet de surprise que pour le troisième opus, c’est beau, c’est vaste et c’est fin.  Les jeux de lumières sont nombreux et surtout le jeu ne souffre jamais de ralentissements même lors des grosses phases de combats explosives.  Le Dunia Engine nous prouve qu’il reste une très bonne base pour les Far Cry avec sa végétation qui est de plus en plus danse et touffue.  Nous voilà dans un environnement qui donne réellement envie de faire de l’exploration.

On est loin des précédents faux pas d’Ubisoft avec le Watch Dogs qui n’a pas tenu une seule promesse et plus récemment le Assassin’s Creed Unity qui se paye le luxe d’être bourré de bug jusqu’à la moelle, encore heureux que ce Far Cry est là pour rehausser le niveau et ça fait vraiment plaisir.

Coté bande son on se retrouve avec des musiques locales, perso au bout de quelques heures de jeu j’en ai eu vite marre de les entendre en boucle dans les voitures, c’est vraiment pas ma came.  Certains aimeront, moi pas, par contre l’ambiance sonore est au rendez-vous, on a vraiment l’impression de se trouver dans une jungle peuplée d’animaux prêt à vous sauter à la gorge.

En conclusion, je ne saurais que vous conseiller de vous jeter sur ce Far Cry 4,  beau, prenant et avec un gameplay instinctif, on tient ici le titre d’Ubisoft qu’il faut avoir dans sa collection.  Ce coup-ci on peut y aller les yeux fermer et ne pas avoir peur d’avoir un jeu mal fini, les missions sont nombreuses et vous feront passer de bons moments.  Un must have!