The Signifier, développé par Playmestudio et édité par Raw Fury est un jeu d’aventure narrative à la première personne avec une ambiance sombre. Le jeu est disponible sur PC et MAC.

The Signifier vous propose un monde dans un futur proche où la recherche dans l’intelligence artificielle (IA) a une part importante. Vous incarnez alors Frederic Russel, Expert en intelligence Artificielle et en psychologie.  Les avancées technologiques en Neuro-imagerie et vos recherches sur le cerveau humain, plus notamment sur l’interprétation et la visualisation des souvenirs et du subconscient, vous ont mené à créer une machine capable de reproduire et de visiter ces derniers : le projet Dreamwalker. Vous êtes épaulés sur ce dernier par EVIE une IA que vous avez mis au point ainsi que par votre collègue et ami Carl.

Votre projet, certainement financé par des subventions, intéresse de nombreux organismes car, bien que controversé, les possibilités semblent être inestimables, notamment sous l’influence des réseaux sociaux de plus en plus grande et le besoin de savoir ce que désire le consommateur encore plus présent.

La montée de la neuro-imagerie, apporte avec elle son lot de questions concernant les données privées. Une réglementation complexe est alors mise en place pour protéger les citoyens.
Le Bureau de protection contre la technologie (BPT) fut créé afin d’éviter ce genre de dérives technologiques. Dreamwalker, votre projet est bien entendu concerné par cette réglementation et vous avez dû signer un accord de collaboration avec le BPT afin de poursuivre vos recherches.

Vu que je romance généralement mes tests, il me sera pour moi difficile de vous parler de ce jeu, de son gameplay ou de son ambiance, sans dévoiler l’histoire. J’ai alors décidé de vous raconter une histoire de mon cru, qui mettrait en scène ce monde et ses personnages quelques temps avant les évènements du jeu. Cela afin d’y intégrer, sans spoil, certains éléments de gameplay.

Suite à un appel de Tom votre contact au sein du BPT, vous voilà en possession d’un boitier contenant les données du cerveau d’une personne décédée il y a peu. Le BPT et vous-même souhaitant tester votre machine pour un cas concret. Il est question pour vous de découvrir les causes du décès de cette jeune femme. L’objectif du BPT étant surtout de vérifier que vos données corroborent avec celles de l’enquête. Bien entendu, vous n’êtes pas au courant des résultats de cette dernière ce qui sera un excellent exercice pour votre projet.

Une fois rentré à votre labo, vous confiez le boitier à Carl afin qu’il le connecte au Dreamwalker et à Evie. Vous demandez à votre IA d’analyser les données et de regrouper les souvenirs juste avant la mort du sujet. Après plusieurs heures ou Evie tente d’interpréter les données et que Carl et vous-même avez été bien afféré à corriger quelques bugs, la simulation est enfin prête. Grâce à un procédé de reconstitution géré par l’IA qui, grossièrement interprète les données des souvenirs avec des images réelles afin d’obtenir un environnement proche de la réalité, cette reconstitution est appelée état objectif. Cet état vous permet de vous déplacer dans l’environnement tel qu’il était bien que les éléments restent généralement flous. L’état subjectif est quant à lui altéré avec les sens et le subconscient du sujet.

Vous plongez alors dans les souvenirs de cette personne, directement en état subjectif, mais à votre grande surprise tout y est énormément déformé. L’environnement semble tourner autour de vous dans des tons de couleur de noir et de rouge.

Vous questionnez Evie à ce sujet, sur la signification de ce souvenir. D’après elle et vos observations, cela pourrait être dû à un état altéré, probablement suite à l’absorption de substance illicite, ce qui expliquerait les formes et la rotation de ce dernier. La couleur rouge pourrait être due à une augmentation de l’afflux sanguin au cerveau ou aux yeux. Vous avancez dans ce couloir tournoyant afin de trouver plus d’informations, mais au bout du chemin il semble y avoir une barrière noire, impénétrable. Il est probable que vous êtes quelques minutes ou secondes précédent la mort du sujet. Vous faites note à Evie qu’à l’avenir il faudrait remonter légèrement plus tôt. Mais au moins cela vous a permis de connaitre la cause de la mort. Vous passez en état objectif afin de visitez le lieu mais cela ne donne rien, l’état trop altéré des souvenirs n’aidant pas à l’identification des lieux.

Vous demandez à Evie de remonter dans les souvenirs afin de trouver ceux faisant référence à l’achat de substances pouvant créer ce genre d’état. Pendant ce temps avec Carl vous vous occupés des lignes de code concernant l’état objectif, ce dernier étant une nouveauté, il n’est pas encore forcément en point. Votre téléphone sonne, mais vous ne prenez pas le temps de répondre à Laura, votre fille, trop concentré dans votre travail. Ce n’est que quelques heures plus tard qu’Evie vous apprends avoir trouvé plusieurs souvenirs en relation avec la prise de stupéfiant.

Tous ces souvenirs étaient espacés de quelques jours voire quelques heures pour la plupart, votre sujet ne devait pas être coutumier de ce genre d’influence. Ce qui peut être dû à un traumatisme psychologique récent et un besoin d’en échapper. Vous décidez alors de vous plonger dans le souvenir le plus ancien.

Ce premier souvenir vous amène dans une chambre dans l’état objectif. Celle-ci est bien identifiable et mis à part le fait qu’elle soit complètement fermée et qu’un ourson en peluche déchiré soit placé sur le lit, celle-ci ne vous apporte que peu d’informations. Vous basculez alors en état subjectif. Là, vous pouvez voir le corps d’une jeune femme à la place de la peluche, probablement votre sujet et une ombre cornue grandissante. Vous reconnaissez un bruit déformé, une sorte de cri de douleur mêlée à un grincement répété. L’ombre cornue grandit encore et l’image se brouille. La simulation se coupe soudainement. Evie identifie ça comme un système de défense, qui vous a expulsé du souvenir.

Est-ce que ce que vous venez de voir était l’élément déclencheur, une honte grandissante qui aurait poussé votre sujet à la consommation de substances illicites ?

Vous passez alors rapidement aux deux souvenirs suivants qui semblent proche l’un de l’autre.

L’un se déroule dans une voiture, où votre sujet semble étancher sa soif avec de l’alcool. Le bruit d’une notification en fond attire votre regard sur le téléphone du sujet. Et une adresse s’affiche, celle d’un bar clandestin. Probablement son lieu de destination ? Vous notez l’adresse.

L’autre se passe dans un bar, ce dernier a l’air plutôt accueillant, mais en fouillant vous trouvez ce que Carl et Evie appelle des données brutes. Ce sont des données qu’Evie n’a pas su correctement placer ou identifier et dont il faut une intervention manuelle. Ces données brutes mélangent des formes et des sons sur une courte durée.

Vous analysez alors ces données. Est-ce le son ou l’image qui vous a aidé à découvrir en premier, qu’il s’agissait là d’un verre. Les vitres et autres miroirs ont toujours posé problème à la reconstitution donc cela ne vous étonne pas. Vous apportez donc ce verre au bar et demandez à Evie une reconstitution à partir de vos hypothèses. Et là, où se tenait avant un barman souriant, se tient alors un démon cornu qui tend un verre à votre sujet. Mais la simulation à nouveau se coupe. Mais cette fois pas de système de défense. Juste une panne électrique. Il faudrait vraiment penser à installer un générateur de secours.

Voilà ce qu’est The Signifier, un jeu qui va vous mener à visiter les souvenirs et les rêves afin de découvrir la vérité sur des faits. Et l’histoire du jeu, votre histoire commence le jour ou une vice-présidente d’un géant de la technologie GO-AT est retrouvée morte dans son appartement.

Ce jeu est réellement prenant ! Bien que certaines situations m’aient mis mal à l’aise j’ai toujours eu envie d’avancer afin de découvrir le fin mot de l’histoire. Et encore je n’ai fini le jeu qu’une seule fois et j’ai qu’une envie, c’est de recommencer pour faire d’autres choix et voir l’impact que cela aura sur l’histoire. Du coup, je pense qu’on peut dire que Playmestudio a complètement réussi son objectif.
C’est un jeu très narratif, vos choix sont assez limités et je n’ai pas encore eu l’occasion de tester différentes situations, mais j’ai très hâte de le faire.

L’ambiance sonore est de mon point de vue un point central du jeu. Elle peut très bien vous aider à comprendre l’histoire ou à débloquer des puzzles.

   

La direction artistique, comme l’ambiance sonore, est aux petits oignons. Bien qu’elle pourrait être déconcertante par ses effets de flou, pour ceux qui seraient habitués à du triple A. Mais chaque élément de décors a un sens, les devs de The Signifier sont les shaman poe du jeu vidéo. Je pourrai bien faire 309 fois le jeu sans m’en lasser d’autant plus que les devs ont intégré dans le système de sauvegarde la possibilité de revenir en arrière sur des sauvegardes précédentes, comme si mon ordinateur était lui-même devenu le Dreamwalker de notre cher avatar, Frederic Russel.

Mis à part quelques bugs, comme l’apparition de données brutes dans le monde réel ou l’impossibilité de ramasser une donnée brute une fois posée, je n’ai rien a reproché à ce jeu.

 

Pour conclure, The Signifier, vous propose une expérience de jeu particulière et une enquête prenante, où tout est soumis à interprétation, car de l’expérience que j’ai eue, vous n’êtes pas babysités pour comprendre les tenants et les aboutissants de cette histoire. Aujourd’hui encore, même après avoir fini le jeu, je me pose quelques questions sur les événements et les relations qu’ont entretenus certains personnages. Attention cependant le jeu propose vraiment une expérience qui peut être malaisante, vous voilà avertis.