J’ai toujours adoré le côté bourrin et série B assumé des Wolfenstein.  Vous vous doutez donc bien qu’une suite ça me parle directement, encore plus lorsque j’ai vu que YoungBlood était en coop.  Double fun et double destruction sont au rendez-vous, il est temps de sortir nos plus gros guns et de partir défoncer tout sur notre route!

Pour la petite histoire, même si bon nombre d’entre-nous y jouent surtout pour se défouler et massacrer du nazi, on incarne une des deux filles de Blazko, le héros que l’on incarnait dans tous les précédents opus.  L’histoire se passe 19 ans après les évènements du dernier Wolfenstein.  Nous nous retrouvons rapidement plongés dans un Paris futuriste envahit par les nazis.  Les deux soeurs jumelle s’y rendent pour retrouver leur père porté disparu après une mission périlleuse dans cette grande ville.  Même si elles n’ont aucune expérience, elles prendront très vite du plaisir à sortir les guns dans les rues de Paris.  Par contre, ils ont voulu placer quelques scènes d’humours entre les deux soeurs qui parfois sonnent comme un pétard mouillé.

 

Le gameplay est toujours aussi pêchu et jouissif à souhait et ça défouraille encore plus en coop!  Par contre en parlant de coop, je regrette un petit truc : qu’il ne soit justement pas plus poussé à la vraie coop, avec des zones à faire chacun de son côté par exemple ou des petites énigmes, mais bon vous me direz, on n’est pas sur Wolfenstein pour réfléchir.  On aura juste beaucoup d’allers-retours entre chaque quartier et notre QG pour passer d’une mission à l’autre via les différents protagonistes qui nous rejoignent.  Cela dit, j’ai bien aimé ce côté petites missions rapides à faire, surtout lorsque l’on a pas beaucoup de temps, ça nous permet souvent de se défouler une petite heure en coop sans se prendre la tête.  Par contre, il y a un manque de lisibilité concernant les objectifs secondaires sur la minimap qui sert de radar, même si au bout de quelques heures on s’y fait, une « vraie » map n’aurait pas été de refus.  Cela aurait évité pas mal de cafouillage lorsque l’on cherchait où trouver nos objectifs secondaires.

Ce Youngblood est clairement conçu pour jouer en coop, il suffit de voir comment réagit notre coéquipier pour comprendre qu’en solo on risque de rager surtout si on joue en difficulté élevée.  Une chose est sûre malgré tout il est jouable en solo, il faudra juste se montrer patient ou opter pour un style de jeu différent.  L’upgrade qu’a subit cet opus avec l’ajout du mode coop est un plus qui fera certainement plaisir à un grand nombre de fans (moi y compris) des modes de jeux coopératifs.  En tout cas, j’espère que dans le futur ils continueront sur cette voie tout en améliorant ces nouveautés apportées.

Par contre, si comme moi ce genre de chose vous énerve, faite attention.  Au début lorsque j’ai vu le système de monnaie igname qui s’apparentait presque à un free to play, j’avoue avoir commencé à rager.  Mais au fil du jeu, je me suis assez vite rendu compte qu’on récupère rapidement assez d’argent pour pouvoir améliorer notre équipement sans trop de soucis (après deux missions j’avais déjà deux armes améliorées totalement).  En plus des améliorations d’armes, cette monnaie permet également de débloquer des skins histoire d’ajouter du bling bling dans les combats.

On a également un petit (mais vraiment tout petit) côté rpg qui s’incruste dans ce YoungBlood avec des compétences à débloquer vous permettant de modifier votre style de jeu ou de vous équiper de certaines armes.

 

   

Graphiquement, YoungBlood est très réussit.  Les gars d’Arkane Studios savent y faire pour que leur moteur graphique tourne bien et sans fioriture.  L’univers en lui même est vraiment bien réalisé, on se retrouve dans un Paris futuriste occupé par les nazis, ce qui implique un gros redesign de la ville pour lui donner son côté Allemand.  Je n’ai vraiment rien à lui reprocher, je n’ai d’ailleurs eu aucun bug.  Le level design a d’ailleurs bien évolué avec plus de verticalité et surtout pas mal de possibilités pour tenter plusieurs approches avec notre collègue en coop.

Côté bande sonore, on a un bon doublage qui, comme avec les précédents opus est pour moi d’assez bonne qualité.  Les effets sonores déboitent clairement et augmentent l’immersion dans cette action non stop.  Par contre les musiques sont peut-être un peu trop discrètes et ne se montrent que lorsque l’action s’intensifie.

En conclusion, on a un bon Wolfenstein, mais je ne le conseille pas vraiment pour les joueurs qui désirent le faire en solo.  Malgré cela, si vous avez adoré les précédents Wolfenstein, ce YoungBlood devrait vous procurer le même plaisir que sur les premiers opus.  Il reste bourrin tout en gardant un minimum de possibilités pour réaliser des missions en mode furtif.  On n’a peut-être pas le jeu ultime mais on a un excellent défouloir.