Scarlet nexus est un jeu développé et édité par Namco Bandai. C’est un jeu d’action, plutôt orienté beat them up avec des éléments de RPG. Il est uniquement jouable en solo et disponible sur PC, Xbox one, Xbox Séries ainsi que sur Playstation 4 et 5.

L’univers de Scarlet Nexus vous plonge dans un lointain futur où 99% de la population a développé des pouvoirs extrasensoriels. Ces derniers permettent, entre autres, de pouvoir échanger par messages cérébraux, mais aussi de voir ce que les habitants de ce monde appellent des visions, sorte de messages cérébraux qui agissent comme des hologrammes, souvent publicitaires ou de signalisations. Avec cette nouvelle ère apparait également les « Autres » sortent de créatures difformes qui tombent du ciel depuis « la ceinture de l’extinction » qui semble se situer dans la stratosphère de cette planète. Les « autres », dont aucune arme conventionnelle ne vient à bout, ne semblent pas non plus avoir de but précis, mis-à-part celui de l’extinction humaine. 

 

Deux organismes furent créés pour palier à l’ensemble de ces nouvelles problématiques. La première d’entre elles est les Forces de défenses nationales, une sorte de super police qui s’occupe des problèmes humains. La seconde se nomme la Brigade d’Extermination des Autres ou BEA, ces derniers recrutent des humains avec des pouvoirs extrasensoriels hors du commun, les « Psioniques ». L’histoire que développe Scarlet Nexus commence sur le destin croisé de deux nouveaux membres de la BEA, Kasane et Yuito deux psioniques prometteurs maitrisant la psychokinésie. Le jeu commence donc en vous proposant de choisir l’un des deux personnages principaux, Kasane ou Yuito. Ces derniers vont chacun vivre une aventure différente mais leur destin est lié et ils seront amenés à se croiser à de multiples reprises.

 

Scarlet Nexus propose un gameplay intéressant. Vous pourrez enchainer des coups avec des attaques de psychokinésie en lançant, par exemple, des voitures sur vos ennemis. Vous pourrez également être accompagné jusqu’à 4 autres membres de la BEA, 2 actifs et 2 en réserve, chacun ayant un pouvoir particulier que vous pourrez emprunter via le « SAC ». Plus tard, il vous sera même possible de les combiner afin de faire des combos dévastateurs ou alors vous pourrez vous spécialiser dans la réduction de la jauge de pression qui une fois vide vous permet de lancer de petites cinématiques assez stylées pour achever votre cible. Vous pourrez choisir votre spécialisation en cours de jeu en augmentant votre arbre de compétences ou « Carte cérébrale » qui représente habilement le déblocage de vos nouveaux pouvoirs psioniques. Il vous faudra également améliorer vos relations avec les autres personnages afin d’améliorer votre synergie lors de l’utilisation du « SAC » et ainsi décupler la puissance de leurs effets. Il vous sera également possible d’équiper des armes ou des suppléments afin d’améliorer les caractéristiques de chaque personnage. Les combats devenant rapidement de plus en plus techniques et les « Autres » de plus en plus résistants, vous serez amené à utiliser des objets en plein combat afin de survivre. Mais il sort de la plupart de ces affrontements une sorte de jouissance, les coups s’enchainent bien une fois qu’on trouve ou invente de nouveaux combos, l’utilisation du « SAC » une fois intégrée dans sa stratégie de combat donne des résultats impressionnants. Il y a aussi un peu de personnalisation cosmétique pour tous les personnages ce qui est toujours plaisant de mon point de vue.

 

Ce côté nerveux est souvent entre-coupé de scènes de dialogues, ou l’histoire se développe. Chose assez frustrante car les vraies cinématiques sont finalement peu nombreuses, il s’agit souvent d’images sur lesquelles se superposent des encarts ou les personnages échangent ensemble. Je trouve ça personnellement dommage car cela rend plus difficile la compréhension de l’histoire et il devient vite fort tentant de passer ces dialogues pour passer à l’action suivante. D’autant plus que lors de réelles cinématiques on sent que cela aurait pu donner un côté « animé Japonais », ce qui ne m’aurais pas déplus.

 

Graphiquement le jeu est beau, il y a de belles idées de mise en scène et la plupart des décors sont intéressants même si je trouve que l’ensemble de niveau fait un peu vide malgré le fait qu’il y a partout de nombreux objets à jeter aux visages de nos adversaires. Les animations des personnages sont satisfaisantes, et le tout reste compréhensible, même s’il faudra un bon moment et de l’entrainement pour savoir quand faire des esquives parfaites.

 

 

Pour conclure, c’est probablement le test le plus bateau que j’ai fait jusqu’à présent et pourtant le jeu me plait vraiment. L’histoire m’intéresse, le gameplay est jouissif et pourtant j’ai eu du mal à trouver les mots. Je pense que c’est le côté très linéaire du titre, à l’image de ses niveaux qui ne permettent pas plusieurs routes qui m’empêche de retranscrire ce que j’ai vécu en jouant à Scarlet Nexus. Finalement comme pour mon test, le jeu est peut-être un peu bateau lui aussi, mais je retrouve des mécaniques de Beat them up qui me plaisent et me défoulent beaucoup tout en me laissant parfois échapper un « pouah la la » quand j’enchaine des mouvements stylés. Je vous le recommande surtout si vous appréciez ce type de jeu.