doom

Si comme moi vous êtes né dans les années 80, DOOM est certainement un des premiers fps auquel vous avez joué et qui dit premier fps dit gros souvenirs plein la tête et donc une crainte de voir cette licence bâclée (pour moi le 3 n’était pas un vrai Doom…).  En tout cas ce n’était certainement pas une chose aisée pour id Software de nous faire revivre le gameplay vieux de plus de vingt ans et surtout de faire en sorte qu’il soit bon, et c’est le cas, bravo à eux.

Screenshot-Original (2)

La campagne bien qu’elle n’ai vraiment pas été mise en avant par Bethesda, elle est vraiment bonne, certes l’histoire en elle-même ne vole pas bien haut mais bon on est dans DOOM quoi, qui va chercher une histoire bien ficelée dans ce jeu sérieusement?  En gros nous incarnons un marine qui tente de refermer les failles démoniaques ouvertes sur Mars.  La fin du jeu laisse clairement entrevoir une suite à ce DOOM, et ce n’est pas pour me déplaire vu comme j’ai pris mon pied sur ce jeu!

De toute manière tant bien même l’histoire n’est pas terrible, tout le monde sait que Doom n’est pas un jeu dans lequel on s’extasie sur un ersatz de scénario mais qui au contraire se joue et nous procure de très bonnes sensations.  En bref, pas de cinématique qui tire en longueur et pas de QTE tout est dans notre pad ou notre combo clavier souris.

Screenshot-Original (23) Screenshot-Original (21)

Screenshot-Original (26) Screenshot-Original (22) Screenshot-Original (15) Screenshot-Original (7)

DOOM possède un gameplay très Old-school qui nous plonge dans un bon gros retour dans le passé, c’est très nerveux et bourrin à souhait il rappelle de suite ce que l’on a pu avoir avec DOOM 1&2.  Ne cherchez surtout pas à être subtil ou de vous infiltrer, foncez dans le tas est la meilleure des solutions!  Du coup, oubliez tous les réflexes que vous avez gardés de votre expérience avec les fps moderne, Domm fait tout le contraire, ici pas de santé qui se régénère automatiquement, n’espérez pas non plus survivre en vous planquant, la meilleure tactique est le contact pour effectuer de bons glory kill qui vous fourniront des soins en masse pour continuer votre combat.  D’ailleurs, pensez vraiment à ces glory kill si vous jouer en difficulté élevée car le jeu propose un gros challenge avec des ennemis qui ne vous laisserons aucun répit.

On retrouve vraiment l’esprit des anciens Doom, on fonce dans le stage, on bourrine à mort, on tue les ennemis et on pose les questions plus tard, on sent rapidement l’adrénaline monter en nous.  Pour ce faire, nous avons un arsenal très variés  et reprend comme pour le bestiaire une petite partie des armes connues de la licence.

Chose amusante, j’ai trouvé le dernier boss plus simple à tuer que le premier, d’ailleurs les boss s’enchaînent un peu trop vite je trouve, ils sont tous groupés dans les dernières heures de jeux.  Malgré tout les boss étaient vraiment classe et le premier m’a donné pas mal de fils à retordre lors de sa deuxième phase de combat.

Le multijoueur rappelle pas mal ce que l’on avait par le passé avec des jeux comme Unreal ou Quake, c’est nerveux, ça bouge et saute partout tout le temps.  Perso j’aime beaucoup d’autant plus que la prise en mains est rapide.  Petit plus pour le multi (voir même la coop) DOOM a un éditeur de cartes assez complet qui permet de créer des matchs multi et coop assez plaisant à jouer.

Screenshot-Original (1) Screenshot-Original (17)

graphiquement DOOM est superbe et tient ses promesses en nous offrant un jeu en 1080p 60fps sans broncher.  Les décors sont plutôt jolis avec des textures qui certes parfois apparaissent tardivement mais restent très jolies, les jeux de lumières sont tout aussi bluffants et l’alliasing est quasi inexistant.

Le level design général ressemble réellement à un éditeur de carte, les niveaux sont construits un peu à l’ancienne avec des portes verrouillées qui demande de trouver la carte d’accès jaune rouge ou bleue pour continuer notre progression, à la fin de chaque niveau on  a un portail ou un ascenseur qui nous amène au niveau suivant avec les stats qui nous montrent à quel point on  a été bon ou mauvais sur ce stage.  Le bestiaire est énorme, d’ailleurs j’ai adoré retrouver la plupart des ennemis que l’on avait dans les Doom 1&2 avec un joli lifting bien évidement!

Le tout sur une musique Electro-Metal style Fear Factory qui rend super bien avec l’ambiance de Doom.

Screenshot-Original

En conclusion, ce DOOM est une pure tuerie, un jeu nerveux et bourrin à souhait loin des productions actuelles qui nous prennent un peu trop par la main ou qui sont bourrées de QTE, enfin un vrai jeu vidéo à l’ancienne qui ne nous prend pas pour des cons.  En tout cas cela faisait un petit bout de temps que je n’avais pas ressenti de telles sensations, on peut dire que les devs ont tout compris en revenant au fondement du jeu vidéo et en laissant la narration de côté.