logo

Assassin’s Creed, une grosse licence d’Ubisoft qui pour moi a connu un renouveau salvateur grâce à Origins.  Je trouvais que cette série commençait à s’essouffler et peinait avec un gameplay qui ne bougeait pas beaucoup.  Ubisoft a su renouveler son petit bébé et nous prouve qu’il peut aller plus loin.  Avec Assassin’s Creed Odyssey, au premier coup d’oeil beaucoup pensent à un simple lifting de Origins, mais au fil des heures de jeu, on se rend vite compte que l’on est face a un jeu qui a su ajouter assez de nouveautés pour ne pas être vu comme une simple mise à jour.

image (6)

L’histoire  démarre en l’an -431 avec Leonidas, un Héros complètement pété qui trucide des Perses par dizaine dans une intro qui rappellera à tous le film 300 mettant héroïquement en scène les 300 Spartiates au combat contre l’armée Perse.  Cette scène passée, vient ensuite l’introduction du personnage que l’on aura choisi entre Kassandra ou Alexios enfant.  On comprendra ainsi mieux pourquoi notre Héros est en quête de vérité sur sa famille qu’il cherche en vain à retrouver.  Tout au long de notre périple, nous allons croiser des noms bien connus de l’histoire Grec tels que Aristophane, Hérodote voir Socrate, chacun pourra nous aider ou nous mettre des bâtons dans les roues.  On pourra également contempler toute la mythologie Grecque dans ce magnifique voyage à travers des statues, mais surtout avec des combats impressionnants contre certaines créatures telles que le Minotaure ou Medusa.

En plus de chercher sa famille, notre Héros devra s’occuper d’une secte qui sévit en Grèce portant le nom de « Culte du Kosmos », je ne vous en dis pas plus histoire que vous découvriez tout ça par vous-même.  Au final, le seul lien qui raccroche cet opus à celui d’Origins, c’est Layla Hassan que l’on retrouve dans les séquences du présent.  Je rassure ceux qui comme moi n’ont jamais accroché à ces scènes qui cassent parfois le rythme du jeu; elles sont très courtes.

image (25) image (13)

Le gameplay reprend dans les grandes lignes ce que Ubisoft avait démarré avec Origins, un jeu plus axé RPG avec un nouveau système de combat, le tout a été peaufiné dans Assassin’s Creed Odyssey.

Tout d’abord, parlons de ce côté RPG qui est encore plus poussé que dans le précédent opus.  Le premier changement qui saute littéralement aux yeux, on a enfin des choix de dialogues, cela peut paraître anodin, mais ça apporte un gros plus à cette série.  D’ailleurs, comme vous l’indique très bien le jeu dès le début « Vos choix auront des conséquences visibles et invisibles ».  Gardez donc bien cela en mémoire avant de foncer tête baissée, certains choix sont anodins tandis que d’autres plus importants pourront modifier la fin du jeu ou changer le monde dans lequel vous jouez, surtout après une bataille.  Par ailleurs, j’ai trouvé les dialogues bien plus intéressants que dans Origins avec des animations faciales plus réussies et un effet cinématique.  Certains sont même souvent accompagnés d’une petite pointe d’humour qui fait plaisir.  Tant que je parle des conquêtes de nations,  cette petite nouveauté vous laisse le choix de prendre parti pour Sparte ou Athènes, et ainsi donner un territoire à l’un ou l’autre conquérant.  Il faut savoir qu’une fois le territoire conquit, ce dernier change parfois radicalement en prenant les couleurs de la nation qui l’a conquise.  Cela dit, au final ces batailles peuvent être vite redondantes mais ne sont pas obligatoires, vous pouvez très bien les laissez se battre entre eux.  Les combats de navires font leur grand retour et sont plutôt sympathiques rappelant ceux de Black Flag (les boulets de canons en moins).

L’inventaire a lui aussi été revu pour nous permettre enfin de gérer chaque pièce d’armures et armes à notre guise et je peux vous dire qu’on a un large panel d’équipement à notre disposition.  Chaque pièces a ses propres statistiques et visuellement, certaines armures sont superbes.  L’arbre de compétences a lui aussi été revu, on a maintenant une roue de compétences active à utiliser en combats avec des coups sur-puissants au corps à corps, d’autres sont plus axés à distance avec par exemple la possibilité de réaliser un tir dévastateur qui traversera un mur.  On a également la branche axée discrétion qui regroupe pas mal de compétences passives pour notre Héros.

Le système de mercenaires qui viennent te traquer lorsqu’un contrat est mis sur ta tête est plutôt sympa.  D’ailleurs les mercenaires sont renouvelés régulièrement lorsque vous en tuer, cela m’a un peu rappelé le système Nemesis de l’Ombre de la Guerre, tout comme ce dernier, ici chaque mercenaire a ses propres caractéristiques et les loots sont différents à chaque fois.

Par contre, seul défaut de ce gameplay, comme souvent dans les Assassin’s Creed, on arrive facilement à berner l’IA en mode infiltration.  Prochain jeu, histoire de les rendre encore meilleurs, concentrez-vous sur cette IA.

image (9) image (19)

image (24) image (11) image (5) image (3)

Graphiquement, Assassin’s Creed Odysseey est une petite merveille qui nous permet de réaliser un joli voyage au coeur de la Grèce Antique.  Comme souvent avec cette licence, le dépaysement est total.  Les décors sont bien plus variés que dans Origins, on découvre des plaines, des forêts tout en passant par des terres arides.  Il y a une belle recherche de diversité parmi toutes ces îles qui forment la Grèce.  En tout cas, après avoir parcouru le désert d’Egypte durant de très longues heures, j’avoue être ravis de retrouver un peu de verdure.  Techniquement parlant, Odyssey est très proche de Origins, on voit qu’ils ont été développé en même temps, je noterai juste une meilleure gestion des lumières ambiantes et une végétation plus dense et dynamique.

La bande sonore n’est pas en reste et nous propulse encore plus loin dans ce voyage magique avec des musiques épiques qui accompagnent nos combats.  Les doublages en VF sont plutôt convainquants et charismatiques pour la plupart, les dialogues n’en sont que plus agréables à suivre.  Ceci dit, la VO est juste énorme avec un Spartiate digne de ce nom!

image (7)

En conclusionAssassin’s Creed Odyssey est très bon, malgré tout, si vous venez de finir Origin, au premier coup d’oeil vous aurez quand même un peu l’impression de jouer à une grosse mise à jour.  Mais ne vous arrêtez pas à ça, cette suite offre une belle avancée avec énormément de nouveautés et une histoire prenante.  En tout cas, pour moi, Assassin’s Creed Odyssey est devenu LA référence de cette belle licence, j’espère qu’Ubisoft va continuer sur cette lancée très RPG et nous offrir un jeu encore plus poussé dans deux ans.